27 août 2014

LES NUAGES DE SILS MARIA


En cette dernière semaine d'août, qui sent la fin des vacances et le retour, petit à petit, au travail, deux billets publiés sur les blogs de Café Mode et Doucement le matin m'ont donné envie de revenir sur le très beau film d'Olivier Assayas, Sils Maria, vu la semaine dernière.

L'une parle du visage de Juliette Binoche, l'autre de son rire, parce que ce rire est un tel plaisir à attendre. Il éclate littéralement, sans retenue et illumine tout son visage. C'est un rire de terrienne, puissant et communicatif. Un rire généreux et sans fard à l'image du travail de l'actrice. 

Photo Carole Bethuel

Ça faisait longtemps aussi que je n'avais pas eu envie de revoir un film. 

De retrouver ce visage, miroir des émotions qui traversent le personnage de Maria Anders, actrice de renom fragilisée par la mort du dramaturge qui l'a découverte vingt ans plus tôt et qui accepte néanmoins de jouer dans une nouvelle mise en scène de la pièce qui lança sa carrière, mais dans le rôle cette fois d'Helena, la femme de 40 ans. Une femme d'entreprise à la vie bien rangée qu'une jeune femme libre, frondeuse, rebelle et sans états d'âme va pulvériser et bouleverser jusqu'à l'abandon et la mort. Avoir été Sigrid et accepter d'incarner Helena avec tout ce que cela comporte de douleurs, de frustrations, de difficultés et de danger. 

Photo Carole Bethuel

Et de savourer encore le merveilleux duo que forme Juliette Binoche et Kristen Stewart, qui m'a bluffé par sa présence, l'intelligence et la finesse de son jeu, dans ce rôle d'assistante personnelle, personnage de l'ombre mais au coeur de l'intimité de celle qu'elle assiste. Sacré boulot soit dit en passant. 


Je suis de la génération de Juliette Binoche, je me souviens de Rendez-Vous d'André Téchiné ou de son interprétation de Nina dans la Mouette de Tchekhov et je n'ai jamais vu Twilight. Mais je ne suis pas prête d'oublier Kristen Stewart dans ce rôle de Valentine, de son très beau timbre de voix et de son visage aussi. 

Photo Carole Bethuel

Sils Maria est une réflexion subtile sur le métier d'actrice, sur le temps qui passe inexorablement, sur la confrontation entre deux univers cinématographiques, entre deux générations d'actrices - une Maria Anders/Juliette Binoche ancrée dans la culture européenne malgré une carrière hollywoodienne et une Jo-Ann Ellis/Chloé Grace Moretz, jeune star d'Hollywood qui gère sa carrière, ses dérapages, ses amours, ses rehabs, les paparazzi et tout ce qui circule sur elle sur Internet avec maitrise et sans froid.

C'est aussi la beauté immuable de la nature, celle des Alpes suisses et du village de Sils Maria. Et de ce phénomène météorologique de Maloja Snake, nuages qui s'engouffrent dans le col de Maloja et se déversent tel un serpent sur toute la vallée. C'est à la faveur de l'apparition de ce serpent nuageux que le personnage de Valentine disparaît, renonçant à ce rôle d'assistante devenu de plus en plus pesant au fur et à mesure des répétitions de la pièce et de la peur qu'inspire à Maria Anders ce personnage d'Helena qu'une part d'elle-même refuse d'incarner. 



La dernière scène entre Maria Anders et Jo-Ann Ellis avant la première de la pièce à Londres m'a fait pensé à All About Eve de Joseph L. Mankiewicz. Autre grand film où une actrice de 40 ans se voit supplanter par une jeune femme ambitieuse qu'elle avait pris sous son aile comme assistante personnelle.

Sils Maria se clôt de manière plutôt abrupte sur le visage de Juliette Binoche avant le lever du rideau. Ce fameux visage aux multiples expressions et émotions à fleur de peau. Et pendant que se déroulait le générique de fin, j'entendais résonner le rire tonitruant de Juliette Binoche, un rire bien vivant défiant le temps qui passe. 

19 août 2014

ENCORE UN PEU DE FARNIENTE...

Housse de coussin La Cerise sur le Gâteau / Espadrilles Le Soulier à la Française de Jancovek

Avant que le canapé à l'ombre du jardin et les espadrilles ne soient qu'un joyeux souvenir de mes vacances gapençaises. Que le mois d'août se termine, que les activités reprennent et que je partage avec vous les tendances de la rentrée et de l'automne/hiver. Retour en images sur ce qui m'occupe encore un peu.

Lac de Serre-Ponçon
 L'envie de replonger dans l'eau claire du lac de Serre-Ponçon.


Continuer à récolter les fruits et légumes du potager et du jardin.


Confiture de courgettes au gingembre

En faire des confitures.


Ou conserver les côtes de bettes en bouteilles, à cuisiner dans quelques mois.



Quant aux potirons, nous verrons bien lorsqu'ils seront arrivés à maturité.


Le temps des vacances, c'est aussi celui des séances de ciné. L'excellente programmation du ciné-club de Gap m'a permis de découvrir ces deux films que j'ai adoré. Quant à la lecture, je vous recommande Little Bird de Graig Johnson, roman noir remarquablement écrit, et Le Vestibule des Causes Perdues de Manon Moreau qui donne envie de partir sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Un jour peut-être... Sans oublier les aventures de Blake et Mortimer dans lesquelles je replonge toujours avec délice.

A plus et bonne semaine !

29 juil. 2014

LE TEMPS DES VACANCES, POTAGER AND CO


Dix-neuf jours depuis le dernier billet. Pas le temps, ni l'envie. Entre les dossiers à boucler, un mariage sous la pluie, un déménagement qui m'a laissé sur les rotules, ma seule envie était de retrouver mon refuge gapençais, poser mon sac, profiter de la vie en famille, commencer à me reposer et à apprécier le temps des vacances.

Et puis retrouver le potager et commencer la récolte. Saine activité qui occupe une grande partie de ces premières journées de repos. 


Je regarde fleurir mon basilic.


Je fais des confitures. Abricots, cassis, courgettes au gingembre... et me transforme en Lady Marmelade.


Les premières récoltes. Pois mais aussi pommes de terre, courgettes, salades...

Fleurs de pommes de terre

Fleurs de poivron
Les fleurs du début du mois de juillet ont laissé place aux fruits.



Pois, salades, blettes de couleurs. Pour les haricots, il faut attendre encore un peu.


Blettes qui vont se transformer en pounti auvergnat et gratin. Et l'on attend que les tomates rougissent.


Le tout premier poivron. Depuis, trois autres ont poussé... affaire à suivre.


Et des courgettes à volonté. D'où la confiture citée plus haut. Mais si vous avez des idées pour les cuisiner, je suis preneuse.

A plus, mais je ne saurais vous dire quand ! Mais si vous voulez suivre missglitzy75 ailleurs qu'ici, retrouvez-moi sur  Instagram et Twitter. Follow me.

10 juil. 2014

REPERAGES AU WHO'S NEXT

Etant en présentation de la pré-collection P/E 15 de Louis Felix Souliers le week-end dernier, je n'ai eu que le lundi 7 pour faire un saut au salon Who's Next. Et encore, je n'y suis pas arrivée très tôt et à 16h tout était fini, terminé, remballé. N'étant pas acheteuse, je n'avais pas besoin de tout voir. D'ailleurs on se demande bien comment les acheteurs s'y retrouvent et surtout la pertinence des dates pour présenter des collections P/E 15 alors qu'ils ont du mal à liquider en soldes l'actuelle collection... Mais ceci est un autre débat.

Ce qui suit sera donc un bref panorama de marques et créateurs dont j'aurais l'occasion de reparler, disons après l'été pour vous présenter leur collection A/H. J'avais envie d'en rencontrer certains, d'autres m'ont été conseillés, enfin il y a ceux que je suis depuis un moment et dont j'apprécie le travail et l'évolution, et les amis.

Sestra Paris

Commençons par Sestra, une jolie marque de maroquinerie haut de gamme qui associe deux soeurs, deux univers - la gemmologie et la maroquinerie - et deux pays - l'Inde pour les pierres et la France pour le cuir et la fabrication. Soit une belle alliance de pochettes et sacs sertis de pierres fines. 

La Charentaise Tcha

Pour ce qui est de la charentaise, enfin en ce qui me concerne, je ne vois que celles de La Charentaise Tcha. Une tradition française centenaire, des matières 100% naturelles et un design revisité. Les modèles en lin pour l'été prochain sont tout simplement canons. 

Kart

Pour les hommes, mais on leur piquerait bien, coup de coeur pour Kart, marque de maroquinerie haut de gamme dont les imprimés s'inspirent de l'art cinétique des années 50. Modèles intemporels retravaillés alliant sobriété, élégance et dynamisme chromatique.

Garçonne et Chérubin

Autre coup de coeur, la Jazzette de Garçonne et Chérubin, marque de chaussures créée par deux jeunes musiciens passionnés de design. Cette Jazzette est pour hommes et femmes. Elle reprend les lignes du Richelieu et se pare de couleurs vives et - c'est eux qui le disent - optimistes. Et ma foi, on n'en a bien besoin.

Pas Chassé

J'ai eu grand plaisir à retrouver une des créatrices de Pas Chassé qui exposait pour la première fois dans un salon. Je vous ai déjà parlé de cette jeune marque de chaussettes. Il semble que des acheteurs asiatiques aient craqué, ça ne m'étonne guère et tant mieux pour elles.

Alinfini

Recommandée par une amie, j'ai malheureusement vu très peu de pièces de la collection de la marque Alinfini car la créatrice remballait. Comme j'aime particulièrement son concept de recycler des sangles de l'industrie automobile en ruban haute couture, j'en vous en reparlerai plus longuement dans un prochain billet. Cousues, mises en volume, on en oublie l'utilité originelle de ces sangles pour ne voir qu'une collection de sacs et accessoires éco-chics.

Béton Ciré

Encore et toujours le Miki breton de Béton Ciré. Ce sont des amis et j'adore leur produit.

Thomas Lieuvin

Petit passage obligé aussi sur le stand de Thomas Lieuvin, d'abord parce que c'est un garçon charmant avec lequel il est toujours agréable de discuter et surtout parce que j'aime sa maitrise des lignes et des formes, ses propositions, ses mélanges de matières et de coloris. On a envie de les toucher, d'y glisser son pied car on devine sans peine que ses modèles les sublimeront.

Elodie Bruno

Enfin, les Zell de Elodie Bruno pourraient bien aussi vous faire grimper aux rideaux. Inspirées de la rythmique à élastique de nos cours de gymnastique qu'elle a réinterprétée, la Zell se décline en différentes versions à découvrir sur son site.

Et comme c'est toujours les soldes, n'hésitez pas aussi à faire un tour sur certains des e-shops. 

3 juil. 2014

LA BOUTIQUE EPHEMERE D'AMELIE PICHARD


Oyez oyez ! La créatrice Amélie Pichard ouvre une boutique éphémère, jusqu'au 7 juillet, au showroom ADC. Et comme indiqué sur le flyer, aujourd'hui à partir de 17h, c'est "shop and drink" pour l'inauguration de ce pop-up store. 

Elle vous présentera sa nouvelle collection et vous pourrez profiter des soldes sur toutes les anciennes collections. Pour un petit retour sur celle de ce printemps/été, je vous invite à relire le billet que je lui ai consacrée ou bien faite un petit tour sur son e-shop.

Et bon shopping !


2 juil. 2014

WISHLIST SHOES (SOLDES)

C'est un peu le sujet du moment, l'été, les soldes, trier sa garde-robe, se faire plaisir. En règle générale, mes premiers achats sont dédiés à la lingerie, turn-over de petites culottes et soutiens-gorge, c'est fait. Ensuite tout dépend du budget alloué à ces dépenses, ce qui n'empêche pas de rêver à quelques paires de chaussures, accessoires ou vêtements... 

Voici donc une première "wishlist shoes". Cinq créatrices, un créateur que je connais et suis depuis leur début et une basket issue d'un beau projet solidaire, soit dans l'ordre d'apparition à l'écran : Ellips, Jancovek, Annabel Winship, Gordana Dimitrijević, Fred Marzo et la Gacha de Twins for Peace. Les goûts et les couleurs ne se discutent pas, je n'ai donc pas fait de sélection et vous laisse tout le loisir de cliquer sur les liens, de faire votre choix, d'aller essayer en boutique ou de faire votre shopping sur les e-shops !

Ellips

Comme indiqué, Jancovek

Annabel Winship

Gordana Dimitrijević

Fred Marzo

La Gacha de Twins for Peace
Un petit mot quand même sur ces modèles brodés de perles de Twins for Peace qui portent le nom de la Fondation Jean-Félicien Gacha au Cameroun. C'est grâce au savoir-faire traditionnel des perlières de l'association que ces modèles ont vu le jour. Chaque paire nécessite 50 heures de travail ce qui explique le prix, même en soldes. Mais le pourcentage sur les ventes remis à la fondation lui permet de préserver ce savoir-faire traditionnel en donnant du travail et un enseignement d'artisanat aux femmes. Je crains que ce modèle Magritte ne soit plus disponible, mais je n'ai pas pu résister à le poster tant je le trouve beau. 

Bon shopping !

1 juil. 2014

POP-UP STORE VALERY DAMNON, APOLOGIE, SALOME CHARLY

Si les magasins, grands et petits, vous lassent. Voici un pop-up store bienvenu, qui réunit trois belles marques d'accessoires françaises : Valéry Damnon, Apologie et Salomé Charly. Combinaison idéale de maroquinerie, chaussures et bijoux. Car à quoi servent les soldes si ce n'est de s'offrir de beaux accessoires ?

A partir d'aujourd'hui et jusqu'au 7 juillet, je vous invite donc à prendre la direction du 26 rue de Poitou dans le Haut Marais. 




Editeur contemporain d'accessoires en cuir, la maison Valéry Damnon propose une série de robes de sac, belle idée pour transformer son sac au gré de ses envies et tenues. La signature, fleurs et boutons en porcelaine de Limoges. 


Certains modèles de Apologie sont déjà des classiques, quel sera le votre ?


Marque de bijoux contemporains de luxe, Salomé Charly propose des créations sculptées à la main dans le bois de Mérisier. Ces "pierres de bois" se déclinent en plusieurs coloris naturels et sous différentes formes, la signature de la créatrice sur chaque bijou en certifiant l'authenticité.

FASHION WEEK POP-UP STORE
Du 1er au 7 juillet
26 rue du Poitou 75003 Paris

De 10h à 20h

25 juin 2014

SAVOURONS LES TONGS D'ARNAUD LAHRER

Tongs Lola, Citron, Acapulco et Coquelicot

Grâce soit rendue au chocolatier et pâtissier Arnaud Lahrer, Meilleur Ouvrier de France 2007, pour ces tartes en forme de gongs qui changent des traditionnels escarpins en chocolat. Pour vous mettre l'eau à la bouche, sachez que ces merveilles pâtissières se déclinent en quatre parfums sur une semelle de pâte sablée à la vanille. 


Lola est faite d'une marmelade de framboise, d'une crème onctueuse à la passion recouvert d'un nappage passion et de framboises. La Citron, comme son nom l'indique, accorde une crème de citron aux zestes de citrons confits avec une guimauve et un décor de rondelles de citron. Acapulco célèbre la ganache au chocolat noir parfumée au jus et zestes de citrons verts. Quant à la Coquelicot, sa guimauve et décor coquelicot recouvre une crème aux fruits rouges parfumée, bien évidemment, au coquelicot.


Pour les points de vente, c'est ICI.

Entre deux virées shopping soldes, prenez le temps de déguster une paire de tongs - pour les plus gourmandes...

20 juin 2014

ENVIE DE SHOES ? VENTES PRIVEES !

Petit récap des ventes privées du moment pour toutes celles qui ne sont pas fans de ma page Facebook Miss Glitzy - chose que vous réparez tout de suite en cliquant sur le lien :-).

-30% chez Annabel Winship et Jancovek (toutes les infos sur les flyers ci-dessous) et ventes privées à la nouvelle boutique Atelier Mercadal.




Boutique Atelier Mercadal
4 rue du Cherche-Midi
75006 Paris

Bon shopping et bon week-end !

17 juin 2014

LES CREATEURS ONT DU COEUR, NOUVELLE BRADERIE ARCAT



Ce n'est pas la première fois que je vous parle des braderies créateurs organisées deux fois par an par l'association ARCAT. Je ne vais donc pas me répéter. Sachez juste qu'à partir de demain et jusqu'au 21, plus de 200 créateurs ont répondu à l'appel de l'association et ont donné pour l'occasion des milliers d'articles qui seront vendus entre -30 et -90%. De quoi faire de bonnes affaires tout en étant solidaires.

Vous trouverez plus d'infos et les coups de coeur de l'association ICI.

Braderie ARCAT 
Bastille Design Center
74 boulevard Richard Lenoir 75011 Paris

Entrée 2€
Tous les jours / 11h-20h
Sauf samedi / 11h-17h

12 juin 2014

ROYALTIES ET HAPPY DAYS ! SPECIAL FÊTE DES PERES


Des semelles aux chaussettes il n'y a qu'un pas que je franchis allègrement. Pour tout vous dire, cela faisait un moment que je voulais vous parler de Royalties, depuis le dernier salon Capsule en fait, où j'ai rencontré Emmanuelle Plescoff et Timothée Pic, les fondateurs de la marque. Je ne vais pas revenir sur mon intérêt très particulier pour les chaussettes, mais c'est toujours un plaisir de découvrir de nouvelles collections au caractère et style bien définis. 


Lancée en 2011, Royalties unit les codes de l'élégance britannique à un savoir-faire français transmis de générations en générations dans une entreprise familiale. Les chaussettes ont cette particularité de se dévoiler au gré d'une posture ou d'un mouvement de jambes, ou bien d'afficher fièrement la singularité de celui ou celle qui les portent. Et c'est en cela que j'aime cet accessoire. 


Entre tradition, classicisme et individualité, la collection de chaussettes Royalties pour hommes et femmes décline une belle gamme de choix et je défie quiconque de ne pas trouver son bonheur dans cette collection.

Et comme nous approchons de la Fête des Pères, Royalties vous propose de les surprendre avec une paire qui reflètera sa personnalité. Et vous offre 15% de réduction et une pochette cadeau avec le code FETEDESPERES valable jusqu'au 16 juin sur le site de Royalties.

Tentant non ? Allez découvrir la collection, vous ne le regretterez pas !