28 nov. 2007

Les Années Folles

French Styling, 1925. Sent by Géraldine.

J'ai visité hier l'exposition du Musée Galliera consacrée aux Années Folles, 1919-1929, et je n'ai pas été déçue. Sont exposées quelques magnifiques paires de souliers dont je vous reparle très vite. Ah! le Salomé et les escarpins à brides. Et dieu que ces femmes avaient les pieds menus. En attendant, pour en savoir plus sur les vêtements, vous pouvez lire l'article d'une autre Géraldine sur Café Mode. Sur ce, j'ai un train à prendre. So, à bientôt.

Yesterday I spent a delicious time visiting the Roaring Twenties exhibition at the Galliera Museum in Paris. Some beautiful pairs of shoes are shown and I'll tell you about it very soon. The Salomé, the pumps, the decorated heels... and I'm always amazed by the tiny feet of the women at that time. Well, I'm leaving for two days so next post this week-end.

27 nov. 2007

Attitudes





© 2007 Miss Glitzy
Des bottes, des bottes et encore des bottes... et des Richelieu à la forme orthopédique qui semblent difficiles à soulever... Quant à moi, je sais maintenant que glisser sur une peau de banane n'est pas qu'une expression! C'est effectivement très très glissant. J'ai maîtrisé la chute, quant au ridicule, chacun sait qu'il ne tue pas!

Boots, boots, boots all over again... and a pair of Richelieu with a peculiar orthopedic shape. I got a real problem with platform wedge and truly it doesn't look easy to walk with. I discovered that slipping on a banana skin is not only an expression, it really happens! I managed to control my fall, found myself a little bit laughable but it doesn't hurt as everybody knows.

26 nov. 2007

Santiags ou Cowboy Boots


© 2007 Miss Glitzy
A force d'avoir les yeux rivés au sol, j'ai remarqué que la Santiag est toujours appréciée et qu'elle se porte avec collants opaques et jupe ou robe au dessus du genoux. Pour celles que le style western intéressent, j'ai trouvé sur le blog de Jennifer June, Cowboy Boots, quelques belles paires et les articles d'une vraie passionnée. Mais quel mal frappait donc ce garçon? J'en profite pour lancer un appel. Les filles, pourriez-vous être attentives aux souliers que portent vos hommes ou amis? Je vois beaucoup trop de jolies silhouettes en compagnie de garçons aux sneakers avachis ou godasses sans forme. Allez, un petit effort.

I walked a lot the last few days looking at feet and shoes to shoot and I noticed that the Santiag is still up to date and worn with black stockings and short skirt or dress. For those who are interested in the western style, I found on Jennifer June's blog, Cowboy Boots, some beautiful pairs and articles from a passionate expert. When I look at the second picture I'm wondering what kind of pain was enduring the young man. And I take this opportunity to tell you girls that you should pay a little more attention to the shoes of your men or friends. I see so many fashionable girls with guys wearing trashed sneakers or shapeless shoes. Come on! they can do better than that.

23 nov. 2007

Photo du jour

© 2007 Miss Glitzy
Je suis passée à la boutique d'Estelle Yomeda, où j'ai pris ma première paire de Baby en poulain moucheté, clin d'oeil à Cookie, sa jolie petite chatte. Je vous les montre très bientôt.

I went to Estelle Yomeda's boutique where I picked up my first pair of Baby made of a beautiful black and white flecked pony. A wink at Cookie, her pretty little cat. Picture of them soon.

22 nov. 2007

Winter's Trend

© 2007 Miss Glitzy
Je n'arrête pas de dire que je ne suis pas fan des low boots, ce n'est pas tout à fait exact. En fait, c'est parce que j'en vois beaucoup trop aux pieds des femmes pour céder à la tendance. Une pointe de snobisme? Peut-être... Enfin, aujourd'hui, j'ai croisé celles-ci dont j'ai aimé le gris (autre tendance lourde) et le détail du noeud autour de la cheville.

I keep on saying that I'm not fond of low boots but it's not entirely true. It's just that I see so many women wearing that kind of boots that I can't do it myself. It may sound like a posh attitude but it's just how I feel. Anyway, today I spotted this one below and I liked its grey color (another big trend) and the tie's detail around the ankle.

Heelz

Colette, Yet Again (Colette, comme d'hab'). Sent by Jimmy Cash

20 nov. 2007

New Talents?

Un peu en retard certes, puisque c'est le 26 octobre dernier, jour de la Saint-Crépin, que le jury du Grand prix européen de la création en chaussure (sic) a décerné ses prix. Mais mieux vaut tard que jamais (d'ailleurs à part localement, qui en a parlé?). Organisé par le Musée International de la Chaussure et la ville de Romans, ce concours s'adresse aux étudiants des écoles de stylisme européennes, avec toujours ce petit côté institutionnel si français. Les participants ont planché sur le thème "bottes, boots, bottines & co":

Grand Prix attribué à Priscille Demanche (Mod'Art International, Paris). La ligne est élégante, l'effet drapé aussi, mais j'ai déjà vu cette forme de talon.




2ème prix, Aurélie Besombes, en apprentissage chez CapoBianco - Bottier. La cuissarde, est un modèle qui m'a toujours fait rêver, mais je n'ai pas la jambe assez longue..., j'aime le talon Louis XV, la fourrure a quelque chose d'assez coquin que l'imprimé écossais casse, dommage.






3ème prix, Morgane Maillet ( Mod'Art International). Je ne suis pas fan des low boots, et je n'ai pas grand chose à dire sur ce modèle, à part qu'il ne me plaît pas.


Pour les autres prix, c'est ici. Je comprends que lorsque l'on participe à un concours de création, on laisse aller son imagination tout en voulant montrer son savoir-faire. Mais parfois cela me laisse perplexe. Je remarque que les créatrices sont très présentes, comme quoi quelque chose à vraiment bouger dans l'univers de la chaussure. Les prototypes des 13 finalistes ainsi que les croquis des 74 participants sont exposés au Musée de Romans jusqu'au 3 février 2008. Cette expo "Bottes, boots, bottines & co" devrait ensuite passer par Paris, avant l'Allemagne et son Salon de la chaussure, en septembre 2008, d'où sera lancé l'édition 2009 du concours.

I'm a little bit late coz it's the 26th october that the jury of the European Prize of the Shoe Creation gave its awards. Well, except in the local blogs and newspapers, nobody talked about it, so let's do it. The contest is organized by the International Museum of Shoe and the city of Romans and is opened to european students of fashion schools. The 2007 theme was "bottes, boots, bottines & co" and here are the first, second and third prizes. I found the first white one (except the shape of the heel that I've already seen) and the thigh boot quite interesting. A thigh boot is some kind of a dream and I like the Louis XV heel and the fur detail which is a little bit horny but unfortunately fizzled by the printed tissue. About the third model, well I don't like it. You'll see pictures of the other prizes here.
Even if I understand that a contest is aimed to reveal skills, talents and imagination, sometimes it's puzzled me. I noticed that a lot of girls took part at the contest and won prizes which let me think that something has really changed in the shoe world. Thirteen prototypes and drawings are shown at the International Museum of Romans until the third february 08. Then in Paris and in september 08 at the Shoe Fair in Germany where the 09 edition of the contest will be launched.

19 nov. 2007

Let's Walk!

Aujourd'hui, j'ai pu quitter mon quartier...

les filles ont chaussé leurs bottes à talons plats...

© 2007 Miss Glitzy
et mon ami Jimmy Cash, ses Berluti Nomade, couleur "bleu nuit", une des paires de sa collection. Il a été guidé dans ses choix par l'œil et les mains expertes d'Olga B., qui est passée maître dans l'art de la psychomorphologie du pied.

Despite the strike, I finally left my neighborhood... the girls put on their flat heels boots... and my friend Jimmy Cash chose to walk with his blue Nomade's Berluti. He's got a fine collection from this well-known house, advised in his choices by Olga Berluti's sharp eyes and gentle hands, a real connoisseur of the foot's psycho-morphology.

17 nov. 2007

Quelques Chiffres / Figures

© 2007 Miss Glitzy
D'après une étude menée par le cabinet Bain pour l'association des entreprises du luxe italiennes Altagamma, le chiffre d'affaire mondial du luxe en 2006 était en hausse de 9%, le nombre de millionnaires ayant augmenté de 8,3%. Ce qu'il y a d'intéressant dans cette étude, c'est que le leader du marché du luxe serait le secteur de la chaussure, avec une progression des ventes de 15%. En parallèle, la maroquinerie a réalisé la plus belle croissance en 2006: +17%. Ce qui après tout semble parfaitement normal, sacs et souliers étant le binôme indispensable du style.
L'étude n'étant pas sociologique, rien ne laisse supposer que ces nouveaux millionnaires auront l'idée et l'envie de dépenser ailleurs que chez LVMH, Gucci ou Prada. Espérons le, pour tous les créateurs et créatrices de talent qui saison après saison nous offrent tant de diversité.

According to Bain & Company's 6th annual study for the italian association AltaGamma, the global luxury goods market is growing at 9% per year, while the number of millionaires increased by 8,3%. What I found interesting is that the strongest product category growth is accessories (shoes, handbags) with a 15% increase over 2005 growth. I just hope that these new millionaires will spend their money not only @ LVMH, Gucci or Prada. For the benefit of the talented designers who offer season after season so many choices and styles.

15 nov. 2007

Back in 1950


En 2007, je chausse mes sneakers Armani 2000 gris phosphorescents pour braver froid et grève des transports. Un peu comme la pie, j'ai un faible pour tout ce qui brille. Glitz indeed! Mais jamais ostentatoire. Ceci dit, je ne suis pas certaine que j'aurais craqué pour cette Marco Souple... Je pensais que cette marque avait disparu, et bien pas du tout. Créée en 1750, spécialisée dans l'agneau, elle fabrique 200 000 paires de chaussures par an, est distribuée en Angleterre, au Benelux et en France auprès de 1000 détaillants multimarques. J'avoue qu'on est très loin du Glitz et plus proche des souliers asexués de ma grand-mère. Il est grand temps que cette grève s'achève!

Year 07, to deal with the strike and the cold I put on my 2000 Armani's sneakers made of a grey phosphorescent fabric. I'm like the magpie, I love the glitz. Guess you've already figured it! However, I'm not sure that I would have spent a penny for those "Marco Souple"... I thought that this french brand has disappeared which is not. Settled in 1750, specialized in lamb leather, this brand produces 200 000 pairs per year, distributed in England, Benelux and France in 1000 stores. Ok, we are far away from the Glitz and this shoe looks like my grand-mother's one with no sex appeal. This strike definitely must stop!!

14 nov. 2007

Grève, J-1 / Strike, D-1

© 2007 Miss Glitzy
Les jours de grève, on chausse ses bottes ou l'on tente d'amadouer un garçon à bicyclette.

When urban transports are on strike, you put on your "boots made for walking" or you try to seduce a guy riding a bicycle.

Annabel Winship

© 2007 Annabel Winship
Sur le site du Bazar Parisien, je suis tombée en arrêt devant cette paire de bottines au rouge flamboyant signée Annabel Winship. Ça fait un bail que mes bottines Free Lance rouges ont rendu l'âme, et en voyant celles-ci, j'ai soudain très envie de les remplacer. C'est la première collection de cette jeune anglaise, diplômée de l'école Duperré, clin d'oeil au magicien d'Oz et à ses origines british (voir les modèles Sweet). Moi qui ai un faible pour les créatrices de souliers, je ne peux que me réjouir de cette nouvelle venue. Et je suis certaine de ne pas être la seule.

Liste des boutiques parisiennes sur son site.

@ Le Bazard Parisien, I was appealed by this flamboyant red pair of boots designed by Annabel Winship. The perfect one to replace my wrecked Free Lance. It's the first collection of this young british designer, inspired by the Wizard of Oz. I'm very fond of female shoe designers so I wish the best to this newcomer and I'm sure that I won't be the only one.

13 nov. 2007

Une Pointe d'Agacement

© 2007 Miss Glitzy
Temps gris et pluvieux en cette veille de grève qui m'énerve déjà, car elle reporte des rendez-vous et m'oblige à modifier mon plan de travail. Je ne suis pas la seule dans ce cas et il va falloir faire preuve d'imagination.

Grey and rainy day, the strike tomorrow is already getting on my nerves. My meetings are postoned, I have to change my plans and find new inspirations. We'll see.

10 nov. 2007

9 nov. 2007

Exposition Massaro à Montmartre


Gilles Guillet, Grand Maître de la Commanderie du Clos Montmartre, et Raymond Massaro, Maître d'Art, nous invitent à admirer une quarantaine de modèles issus des ateliers de la Maison et exposés dans la rotonde du Clos. Pour la petite histoire, Sébastien Massaro fonde, en 1894, la maison qui porte son nom, et s'installe 2 rue de la Paix à Paris. Ses quatres fils, François, Xavier, Donat et Lazare apprennent le métier sous la direction de leur père. Raymond Massaro, né en 1929, peaufinera son apprentissage dans l'atelier familial avant de reprendre la direction de la Maison. Plus d'un siècle de création, je vous laisse imaginer les trésors que renferment les archives. L'espace du Clos ne peut accueillir plus de modèles, mais cela reste un plaisir pour les yeux.


En 1957, la Maison crée la célèbre sandale bicolore qui scelle sa collaboration avec Coco Chanel. Je ne me lasse pas d'admirer la découpe du talon de l'escarpin bicolore. Et quand je vous parlais de l'escarpin d'Orsay, en voici de magnifiques exemples. Quant au modèle de 1957, la découpe est tellement parfaite que l'on n'a juste envie de glisser son pied dedans. Je n'ai pas été surprise en voyant les trois paires ayant appartenu à Coco Chanel. Ligne sobre et confort, Mademoiselle aimait être droite dans ses bottes.


1929 : Rouge et Or Bout Chinois, peint à la main, Mule Vert et Noir, peint à la main, Satin Rouge Barbara Hutton, Rose et Noir Art Déco. Encore une année importante pour la Maison bien que je ne sache pas pourquoi. L'escarpin en satin rouge crée pour Barbara Hutton a excité ma curiosité. Je connaissais quelques clientes célèbres du bottier: Elsa Schiaparelli, la duchesse de Windsor, la comtesse Von Bismarck, Shirley Mac Laine, Elizabeth Taylor, Annie Girardot, Romy Schneider..., mais pas Barbara Hutton.

Héritière des magasins Woolworth (ceux qui me lisent sur Glitzy Zone, connaissent mon intérêt pour les riches héritières américaines), cette "poor little rich girl", a eu une vie sentimentale très compliquée, pas moins de 7 maris dont Cary Grant et Porfirio Rubirosa. Mais cette femme avait du goût et les moyens de commander jusqu'à 5 paires de souliers par semaine. Cela me laisse rêveuse...


De la dentelle à vos pieds...

Autre cliente célèbre, Marlène Dietrich, dont on peut admirer un des souliers de scène, crèpe beige, talon Louis XV orné d'une boule de strass. Chicissime!





J'ai un énorme faible pour les bottines et les variations autour de cette forme.





J'ai donc adoré la bottine Anna Mouglalis. Très belle adaptation de la bottine 1900 (mon Holy Graal), le talon est un peu trop impérieux pour moi, mais il correspond parfaitement à la miss dont j'imagine sans mal la silhouette gracile chaussée de ces bottines.
L'escarpin montant, à plate-forme bicolore, en chevreau blanc et vernis noir, fermé par trois brides à bouton, appartient à Mona Ayoub, qui possèdent plus de 1000 paires griffées Massaro pour Chanel. Quelques modèles de sa collection, représentant dix ans de création, ont été exposés au Musée International de la Chaussure de Romans, au cours de l'automne-hiver 2001. Et c'est grâce à des femmes comme elle que la botterie a survécu, et à Chanel qui a racheté la Maison en 2002.

© 2007 Miss Glitzy

De toutes les créations de Massaro pour les grandes maisons de couture, c'est cet escarpin "jambes" crée pour Azzedine Alaïa en 1991 que j'aime le plus. Vernis noir, plate-forme recouverte de chevreau rouge, talon en résine sculptée à la main, il est diaboliquement coquin, un peu surréaliste, et devait être sublime sur un catwalk.

Il y a aussi une bottine de scène conçue pour Johnny Hallyday, avec hauteur de talon et semelles intérieures savamment calculées, pour que du public, le chanteur semble être au même niveau que ses musiciens. Technique!

Karl Lagerfeld a dessiné le carton d'invitation et d'autres dessins sont exposés. Lui-même doit venir, mais quand, mystère. Alors si vous passez à Montmartre, à deux pas de la place du Tertre, n'hésitez pas. Car qu'on le veuille ou non, tous ces souliers font tourner la tête. J'ai redescendu la butte par la rue des Saules, entreprise périlleuse que de marcher sur les pavés mouillés juchée sur des talons. Et j'ai de nouveau rêvé d'une paire de bottines dont la cambrure épouserait celle de mon pied...

"La Botterie s'expose"au Clos de la Commanderie - 11, place Jean-Baptiste Clément, angle rue Norvins, Paris 18°. Du 26 octobre 2007 au 31 janvier 2008 - tous les jours de 14h à 18h, entrée gratuite.


Yesterday I spent a delightful time at the exhibition organised by la Commanderie du Clos Montmartre and Raymond Massaro, the famous french bespoke shoemaker, who runs the Atelier founded in 1894 by his grand-father. A century of creation can't be summed up in a single exhibition, especially in a small place like le Clos Montmartre, but the forty models shown are a great introduction to the talent and craftsmanship of the Atelier. In 1957, was created the famous bicolor sandals which settled the collaboration between Massaro and Chanel (picture 2). I love the shape of the bicolor pump which is by the way a perfect sample of the Orsay Pump.

1929 (picture 3) was a great year for the Atelier. I have already known some of the famous clients of Massaro : Elsa Schiaparelli, la duchesse de Windsor, la comtesse Von Bismarck, Shirley Mac Laine, Elizabeth Taylor, Annie Girardot, Romy Schneider... but I didn't know anything about Barbara Hutton, heiress of the Woolworth stores, a "poor little rich girl" as the press dubbed her but who was able to command five pairs in a week... We can also admire a beige pump designed for Marlène Dietrich.

I love boots and all the variations of this form that's why I spent time admiring the Anna Mouglalis boot (picture 4), a variant of the 1900 model (my Holy Graal). The white and black pump belonged to Mouna Ayoub, one of her thousand pairs created by Massaro for Chanel, who acquired the Atelier in 2002.

Among the creations for the Haute Couture, I found the "leg" pump designed for Azzedine Alaïa beautifully eccentric and surrealist (picture 5). They must have been stunning on a catwalk. Karl Lagerfeld drew the invitation and others drawings are exhibited. So, if you take a walk to Montmartre go see this exhibition. It's really worth it.

"La Botterie s'expose"au Clos de la Commanderie - 11, place Jean-Baptiste Clément, angle rue Norvins, Paris 18°. From the 26th october 2007 to the 31th january 2008 - everyday from 14h à 18h, free entrance.

8 nov. 2007

Low Cost Collection : Pierre Hardy chez Gap



Elle
décrète Must Have, mais vous pouvez vraiment vous en passer!


Je suis d'accord avec Géraldine, le style de Pierre Hardy est reconnaissable, mais ces sandales made in Brazil font terriblement cheap. Le cuir verni est très laid, les finitions ne semblent guère solides, et elle coûtent quand même la bagatelle de €100. Je ne vous parle même pas des ballerines à bouts pointus que je ne pourrais jamais porter. La collaboration de Gap et Pierre Hardy aurait dû s'en tenir à la campagne de pub, ces modèles n'apportant rien, ni à l'un, ni à l'autre. Quel besoin a donc Gap d'aller se fourvoyer dans la chaussure? Que la marque affine son stylisme et qu'elle laisse à d'autres le soin de nous chausser.

Consciencieuse, je suis allée voir les modèles de Gaspard Yurkievich pour France Arno, ceux de Michel Vivien pour André m'ayant déjà attirée l'oeil.


Là aussi le style de Yurkievich se reconnaît (ce modèle est décliné en ballerines), mais là aussi la qualité laisse à désirer. Coutures approximatives, bouts de cuir qui dépassent, je n'ai pas vraiment été séduite. Le corner se trouvait à gauche de l'entrée du magasin boulevard Haussmann, pas vraiment l'idéal pour apprécier des souliers. Le sac est assez sympa, ainsi qu'un modèle de bottes, mais bon c'est encore au dessus de €100.

Reste le meilleur pour la fin, la mini-collection Michel Vivien pour André. Autant, j'avais trouvé sans intérêt les ballerines dessinées par Maloles l'été dernier, autant là, ça fait bien deux trois fois que je rentre dans la boutique de la rue du Vieux Colombier.


J'aime beaucoup la forme du talon des Babies et Salomé, les ballerines sont fines et élégantes, tout comme l'est la ligne de cette botte. Le Salomé verni rouge est à craquer (il faudra un jour que je m'explique cette passion pour les souliers rouges), mais je l'aime aussi en gris. Bref, je ne les ai pas encore essayé car je suis capable de resortir avec une paire. Mais en bonne pro, je vais le faire, car comment savoir sinon si elles sont confortables.

Michel Vivien a dit quelque part - "je crée des souliers intemporels, car le plaisir n'est pas saisonnier, il doit se projeter et s'inscrire dans le temps." Et je me dis qu'à être aux pieds des femmes, cet homme a appris à leur parler.

I read in the french Elle that the Pierre Hardy's sandals for Gap are a Must Have. Well, it's not! I agree with Geraldine @ Cafe Mode, the style of the french designer is noticeable but these shoes made in Brazil look really cheap. It's obvious when you touch the leather and check the finish. And there's no way that I can wear the pointy ballet flats! I don't understand why Gap which is not a shoe company do invest in that kind of products. The collaboration with Pierre Hardy on the ad campaign was great but the shoes are a disaster.

So I took time to check the models designed by Gaspard Yurkievich for France Arno and it's quite the same thing. You recognize the style, the collection is interesting but there's such a lack of quality, especially the seams. The bag and a pair of boots are pretty cool but all the items cost more than €100 and I find it too expensive.

Then the best for the end : the small collection designed by Michel Vivien for André. Last summer, I found no interest in the Maloles's ballet flats but I must admit that I'm really attracted to this collection. I love the heel's shape of the Babies and Salomé and the boot's elegant style. The red patent leather Salomé is to die for (one day I should clarify my passion for red shoes) but I also love the grey one. Well, I don't try them on so I don't know if these models are agreeable to walk with, but as I'm a good pro I will.

Michel Vivien said that he creates timeless shoes because pleasure doesn't depend on seasons. And I think that this man surely knows how to talk to women.

7 nov. 2007

Is Hoki The Next Summer Sandal?

J'ai déjà eu l'occasion de m'étendre sur mon aversion pour ces aberrations que sont les Crocs. Je soumets donc à votre jugement ce modèle de sandales décliné en plein de couleurs flashy par Shmolit Slavin. Un style kibboutz revisited pour faire la nique aux américains et autres allemands, car quitte à chercher le confort, tout sauf les Crocs.


Credit : Hoki

I have already told you how I loathe Crocs shoes. So here is a new model of sandals, the Hoki, rendered in flashy colours by Schmolit Slavin. A kibbutz style to overwhelm the american one, I think I'm gonna buy it. Interview of Miss Slavin @ JC Report.

4 nov. 2007

Escarpin d'Orsay / Orsay Pump

Hier, j'ai mentionné un "décolleté d'Orsay". Voici pour la petite histoire. En 1836, les artisans anglais inventent les soufflets élastiques qui permettent au soulier de coller au pied et d'avoir une ligne élégante en accentuant les contours du pied. Et l'on doit au Comte Alfred, Guillaume, Gabriel d'Orsay (1801-1852), dandy comme le montre le dessin de James Fraser, l'invention de l'escarpin dit d'Orsay, très décolleté sur les côtés, exposant ainsi la cambrure et les contours sinueux du pied. Je suis sûre que cet homme délicat et raffiné avait en tête les pieds de sa belle maitresse, Marguerite Comtesse de Blessington.
















En cherchant la photo d'un modèle récent à la découpe inspirée du Comte et je me suis souvenue de ce modèle Yomeda, une collection F/W, mais je ne sais plus laquelle.

Envol © 2007 Miss Glitzy

Yesterday I talked about a shoe's shape named after the Count d'Orsay, a french dandy of the ninetieth century. We owed him the design of the Orsay Pump which reveals the arch and the shape of the foot. I'm pretty sure that he tought about the delicate feet of his beautiful mistress, the Countess of Blessington, when he drew it.
I was looking for a pair of shoes inspired by the Count and I thought about those Estelle Yomeda's pumps from a F/W collection, but I can't remember which one.

Portrait : Sir Thomas Lawrence, Wallace Collection (London)
Source : William A. Rossi, Erotisme du pied et de la chaussure

2 nov. 2007

London Calling : Rupert Sanderson

Carlotta © 2007 Rupert Sanderson
Mon amie Géraldine, oeil de Lynx à l'affût des tendances, m'avait déjà parlé il y a des mois de Rupert Sanderson, designer anglais assez séduisant. Et qui est en passe de devenir un chouchou de ce blog. J'ai bien étudié sa collection F/W 07-08, et j'aime tout particulièrement ses escarpins au décolleté d'Orsay et à petit talon. Ok, j'ai mis la photo d'un Salomé en lézard mais je ne peux pas résister à ce modèle. Reste à les toucher, les essayer, pour savoir si confort et féminité sont finalement réunis, ce qui signifie faire un saut dans la boutique londonienne. Une sélection est en vente chez Hose mais je ne suis pas certaine de trouver ce dont j'ai envie. A suivre...

My friend Geraldine, sharp-eyed on the next trend, told me about Rupert Sanderson months ago. I took a look on the F/W's collection of this attractive british designer and I'm getting fond of his style. I just love the Orsay pumps with low heels. Ok I chose to show you the lezard Salomé but only because I can't resist this model. Now I need to touch and try them on just to know if I can finally find the perfect match : feminine form and comfort. A trip to London?
There is a selection @ Hose but I'm not sure that I could find the one I want. We'll see...


Hose, 41 rue du Poitou, Paris-3° - tel. : 01 42 78 80 62