11 janv. 2008

Charles Jourdan : Suite Française

Alors que je séjournais pas très loin de Romans, je lis dans le Figaro daté du 4 janvier que Bercy "prends le dossier Charles Jourdan à bras-le-corps". La réactivité des gouvernements, que ce soit celui-ci ou les précédents, ne cessera jamais de me surprendre. Hervé Novelli, secrétaire d'état aux entreprises et au commerce extérieur, a décidé de tout mettre en oeuvre pour trouver de nouveaux repreneurs et a même demandé à Rachida Dati d'intervenir en Suisse auprès de son homologue afin que l'entreprise Charles Jourdan SA puisse récupérer la marque. Tout cela est bien joli, mais comme le souligne un article paru dans Le Temps le 5 janvier, un coup de fil de notre ministre de la Justice ne changera rien à la procédure judiciaire actuellement en cours en Suisse. Fin novembre, l'ancien président de Charles Jourdan, Yannis Bilquez, a été incarcéré à Genève, où il est inculpé de "gestion déloyale qualifiée" et d'abus de confiance et est soupçonné d'avoir détourné les fonds que lui avaient confiés des investisseurs institutionnels (fonds de placement et sociétés liées à des compagnies bancaires). La marque est la propriété d'une société basée à Glaris (Suisse), Charles Jourdan Holding SA, et vaudrait encore plusieurs millions d'euros. Pas besoin d'être juriste ou économiste pour comprendre que les créanciers ne vont pas laisser s'échapper le seul espoir de limiter leur pertes pour permettre au gouvernement français de sauver la face. La procédure judiciaire peut prendre des semaines, des mois, voire des années et selon un expert suisse, l'intervention du gouvernement français n'aura aucun effet. "C'est un processus judiciaire et pas politique. Les autorités suisses n'ont aucune chance de l'influencer." A suivre...

Je n'ai pas voulu faire un détour par Romans. Il pleuvait des cordes et je crois que la vision de cette ville sous la pluie m'aurait profondément déprimée.

As I was spending some times not so far from Romans, I read in a french newspaper (Le Figaro, January 4) that the Ministry of Economy are not going to let down Charles Jourdan. I'm always amazed by the reactivity of our politicians and governments who seem to wake up when the situation has come to a dead end. Herve Novelli, State Secretary for enterprises and foreign commerce, declared that he would do anything to find new buyers and even asked the French Ministry of Justice, Rachida Dati, to call her Swiss equivalent in order to find a solution to get the brand back in France. But the Swiss newspaper, Le Temps (January 5), underlines that a phone call won't change anything concerning the legal proceedings against Yannis Bilquez, the last owner of the brand, arrested in Switzerland for "disloyal management". The brand is belonging to a company based in Glaris (Switzerland), Charles Jourdan Holding SA, and is still worth several millions of euros. No need to be a jurist or economist to understand that Mr Bilquez's creditors (hedge funds and banks) would never give up a brand that could allow them to get back a part of their investments. The lawsuits could take weeks, months and even years according to a Swiss expert : "It's a legal proceedings not a political one. And the Swiss authorities have no influence on it." Just as the French government whatever it declared.

I didn't want to visit Romans as it was raining cats and dogs, I found it too depressing.

2 commentaires:

poirette a dit…

J'espère tout de même que l'intervention du gouvernement ne sera pas inutile, j'y crois encore, je ne peux me mettre dans la tête que l'histoire de Charles Jourdan s'arrête là. J'attends la suite de la Saga..
Sinon, tu as fait des folies pour les Soldes? Je suis allée rôder dans les rayons chaussures du Bon Marché, Mamamïa !! quelles merveilles j'ai repéré..mais pas encore acheté car hélas je dois être raisonnable. des Marc Jacobs magnifiques, Cox, Yurkevitch, Chloé,Smith.. et j'en passe. Le paradis ! j'ai pensé à toi.
A bientôt.

MISS GLITZY a dit…

Disons que dans un premier temps cela permettra peut-être aux salariés d'être reclassés, pour ce qui est de la marque en elle-même, rien n'est moins sûr mais je ne lâche pas l'affaire. Pour ce qui est des soldes, je suis passée chez Clergerie chercher la paire de Derby pied de poule que je voulais absolument. Photo et article à venir.