13 oct. 2008

What's New Copycat?

Ça faisait un moment que j'avais envie de vous parler de Vicente Rey, designer espagnol installé à Paris, et de ses créations étonnantes et inspirées réalisées à la main. J'y reviendrai très vite mais le sujet du jour est le bras de fer juridique qui l'oppose depuis le mois de juin à la Maison Martin Margiela (ainsi qu'à Roger Vivier pour les mêmes raisons). Il m'a envoyé les photographies ci-dessous qui ma foi parlent d'elles-mêmes. D'abord un modèle de botte de sa collection A/H 03-04 et la photographie de Carine Roitfeld chaussée d'une paire de bottes Margiela lors de la dernière Fashion Week.

I was going to write a post about Vicente Rey, a Spanish shoe designer based in Paris, and his amazing and inspired hand made creations, and I will pretty soon, but today I just want to talk about the legal action he has to file against Martin Margiela (and Roger Vivier for the same reason). He sent me the photos below which speak for themselves. First a boot from his F/W 03-04 collection and a picture of Carine Roitfeld wearing a pair of Margiela boots during the past Fashion Week.


Vicente Rey F/W 03 Collection

Maison Martin Margiela F/W 08. 

Vous me direz que la copie est permanente dans l'univers de la mode, et en effet, les créations d'André Perugia sont régulièrement pillées (cf la sandale Yves Saint-Laurent dont j'ai parlé ici ou un des modèles de la dernière collection Alexander McQueen mentionné par Imelda récemment).
Là, l'objet du litige est la forme du talon, talon qui depuis plus de dix ans est emblématique des créations de Vicente, sa signature artistique et visuelle (il suffit de jeter un oeil à ses autres modèles pour s'en rendre compte). Au moment où tous les magazines nous sortent peu ou prou la même histoire sur les vingt ans de la Maison Martin Margiela, le mystère qui l'entoure, le détournement des classiques, le déconstructivisme, ses talents de tailleurs (chose que je ne remets pas en question), bla bla bla... je tique quand je lis le mot "éthique". Dommage aussi que Carine Roitfeld se contente de porter les accessoires qu'on lui donne, sans avoir ni l'envie, ni le désir, de faire découvrir et de mettre en avant des talents indépendants. Je ne suis pas naïve, il est loin le temps où les rédactrices en chef de grands magazines jouaient le rôle de dénicheur de talents. La plupart aujourd'hui se contentent d'être les portes-manteaux de leurs annonceurs. Je ne connais pas le budget pub du groupe Diesel consacré à la presse écrite mais je l'imagine plus que conséquent. Pas évident dès lors de se faire entendre.

You're gonna tell me that copy is quite mainstream in fashion, and in fact, André Perugia's creations are often plagiarized (remember the Yves Saint-Laurent's sandals I talked about here or one of the models from Alexander McQueen S/S 09 collection mentioned recently by Imelda).
Here, the object of the litigation is the heel. And this heel has been emblematic of Vicente's creations for more than ten years, it's his artistic and visual signature (just take a look at his other
models, it's quite obvious). While all the fashion magazines give us the same story about the twentieth anniversary of the Maison Martin Margiela, the mystery that surrounds the designer, his art of deconstruction, his tailoring talent (that is not in question here), bla bla bla... I'm not buying the "ethical" stuff! And it's too bad that Carine Roitfeld contents herself with wearing accessories given by brands without having the curiosity and desire to discover and give exposure to independant talents. I'm not naive and I know that the time when the fashion editors of big magazines scouted new talents is over. Today, most of them are just the coat hangers of their advertisers. I don't have the slightest idea of Diesel's advertising budget dedicated to the press but I guess it's quite huge. Not easy in that case to get some attention and be heard.

17 commentaires:

klimtik a dit…

As they put it in French, "c'est l'hommage du vice à la vertu". And diesel is not a creator, it's a polluter. Let the magistrates and the courts make their day with this crass "faute de goût"...

M1 a dit…

C'est.. pointu comme créations! :)
C'est spécial mais original, faut pas non plus tenter de prendre le métro avec ou courser un bus!
Elle est tout de même sexy Roitfeld!

Diana Coronado a dit…

That's very strong !!

MISS GLITZY a dit…

@ klimtik : yes but it's not easy when you're an independant designer against a group like Diesel.
@ m1 : si pointu que l'on reconnaît la patte de Vicente. Sûre qu'il faut faire attention aux grilles et éviter de courir.
@ diana coronado : I wish it will be strong enough to help Vicente to win his case.

gerriward a dit…

These are what I call smoking boots,they're hot!

Isabelle a dit…

C'est hélas quelque chose qui arrive souvent. Il est difficile quand on a une idée de déterminer si elle est vierge de toutes influences. Dans ce cas précis, Margiela ou quelqu'un de son staff avait sûrement "oublié" que cette envie de bottes qui le taraudait était en fait une botte entre-aperçue quelque part. Je suis quasiment sûre que la copie n'était pas volontaire. En attendant, Vicente a raison de se défendre. Il y a déjà eu jurisprudence. L'autre problème que tu soulèves est hélas vrai, il n'y a plus beaucoup de talent scout dans la presse.

frieda l'écuyère a dit…

La copie pas volontaire ? J'aurais envie de le croire, mais je n'y parviens pas, tant les similitudes sont bluffantes. Que le studio de Margiela (parce que je ne pense pas forcément que ce soit le créateur en personne qui soit en cause) se laisse prendre au jeu du "je te fais péter la copie" comme un vulgaire Zara, ça me fait mal aux tripes.

MISS GLITZY a dit…

@ gerriward : so hot that they've been copied!
@ isabelle : c'est un peu facile "d'oublier" d'où vient l'idée... Et pour Vicente la pilule est un peu dure à avaler! Pour ce qui est des "talent scouts" dans la presse, même s'il y en a, il n'y a guère de place dans les magazines pour tout ceux qui n'ont pas les moyens de faire de la pub!
@ frieda l'écuyère : je ne mets pas en cause le créateur mais la Maison Margiela puisque depuis le début elle joue le jeu du "nous" collectif. Et j'ai aussi un peu de mal à croire à la copie involontaire...

geri a dit…

Those boots are amazing!

Jillian a dit…

STUNNING STUNNING STUNNING!

MISS GLITZY a dit…

@ geri and jillian : that's because the boots are stunning or amazing that Vicente can't stand them being copied like that.

mademoiselleb a dit…

C'est rageant mais malheureusement souvent le cas dans le milieu je présume.
J'avais effectivement vu ses bottes sur Carine Roitfeld et c'est ici que se l'histoire de ses bottes étonnantes s'éclaire.
C'est très petit et mal venu de la part d'une si grand maison de couture.

MISS GLITZY a dit…

@ mademoiselleb : Et oui ça arrive et c'est pour cela que j'ai fait ce post.

benwâ a dit…

Troublant mais risqué pour l'image si volontaire, comment savoir que ça a déjà été fait avant?
Il se dit que même les enfants des rédactrices de "catalogues de salles d'attentes" sont choyés par les labels pour les anniversaires, fêtes, Noël... difficiles de pas les aimer en retour...

MISS GLITZY a dit…

@ benwâ : plusieurs modèles de Vicente Rey avec ce talon ont été publiés dans la presse depuis 1999, de plus son atelier/showroom à Paris a une vitrine sur la rue, donc c'était assez facile de savoir que cette forme spécifique de talon existait depuis déjà quelques années... En plus la Maison Martin Margiela n'a pas fait que des bottes, mais aussi des bottines et des escarpins, ce que fait Vicente Rey depuis des années!
Pour ce qui est des rédactrice qui reçoivent des vêtements et accessoires en cadeau, cela existe depuis la création des magazines de mode. C'est juste que maintenant les annonceurs sont les vrais bailleurs de fonds des magazines mainstream, et que donc il reste très peu de place pour les créateurs et marques qui n'ont pas les moyens de se payer des pages de pub.

Imelda Matt a dit…

I'm horrified by the similarities!

MISS GLITZY a dit…

@ imelda matt : So am I!