29 mars 2008

Traveler Chic By Cindy Glass

Après de nombreux échanges d'emails, j'ai finalement rencontré Laya Rahman, créatrice de la marque Cindy Glass, dans sa boutique de la rue Charlot. Je vous en avais déjà un peu parlé au moment de la Saint-Valentin, avec l'escarpin orné d'un petit coeur phosphorescent, et j'étais impatiente d'en savoir plus sur la miss et son parcours. Ou comment on en vient à créer des souliers après avoir exposé des photographies à Paris et Beyrouth et réalisé deux courts-métrages. Tout part du design étudié à la Parsons School à NY, de l'envie à nouveau de créer des objets, du souvenir des chaussures qu'elle imaginait plus jeune et faisait fabriquer par un cordonnier beyrouthin. Bref, du désir d'habiller les pieds des femmes après avoir photographier leurs corps. Toutes ses expériences nourrissent ses créations, dans lesquelles on trouve un esprit très rock&roll, beaucoup d'humour et d'impertinence, cocktail séduisant qu'il me fallait tester. S'il y a bien une chose que j'adore, c'est l'essayage de chaussures dans une boutique. Les boites avec leurs papiers de soie, une paire, puis une autre, déambuler, observer l'effet dans le miroir. Jamais l'essayage d'un vêtement ne m'a offert le même plaisir, quant à l'achat par correspondance, il est totalement exclu. Comme les créatrices portent quotidiennement leurs propres créations, le confort est une des premières sensations que l'on ressent en essayant leurs souliers. Deux millimètres de mousse sous la semelle protectrice et vous avez envie de gambader même sur talons hauts. Mais trêve de bavardages, voici quelques modèles qui m'allaient bien aux pieds et dans lesquels je me sentais une Betty Boop, prête à conquérir bitume et dance floor.

Rainbow © 2008 Cindy Glass

Blondie © 2008 Cindy Glass
La petite pointe qui remonte le long du talon et de la cheville allonge la jambe dans un effet très sexy. En même temps quand on s'appelle Blondie...

Papillon © 2008 Cindy Glass

Lucie © 2008 Cindy Glass
J'avoue qu'après l'avoir essayée, je pourrais porter cette bottine tous les jours.

Une des choses qui me plaît, c'est que toutes les modèles sont fabriquées à Beyrouth par un fabricant arménien, ça change de l'Espagne et du Portugal. D'ailleurs, ma première paire s'appelle Beirut, sandale rouge orangé, dernière paire d'une précédente collection, et qu'il me tarde de porter.

Beirut © 2008 Miss Glitzy
Et enfin pour terminer ce petit tour d'horizon, cette ballerine plutôt gonflée. Seul un pied est marqué de cette accroche pour le moins surprenante... pour la Lolita qui sommeille en nous.

Nice Girl © 2008 Cindy Glass

Cindy Glass
47, rue Charlot 75003 Paris
+33 (0)1 42 77 60 66

After several emails I finally met Laya Rahman, designer of Cindy Glass, in her shop in Paris. I've already told you about her brand at Valentine's day when I shown you a black pump with a phosphorescent heart and I was eager to know a little bit more about her and why she decided to design shoes after several exhibitions of her photographs in Paris and Beirut and the directions of two short movies. In fact she attended the Parsons School in NYC years ago and she felt the desire to design objects again. Furthermore she used to create shoes when she was younger with a cobbler in Beirut. All her experiences stimulate her creations in which I found a rock&roll spirit, a lot of humor and sassiness, attractive enough to make me want to try them on. If there is one thing I really like is to spend some times in a boutique trying several pairs of shoes. I love the opening of the boxes with their silky papers and then putting the shoes on, walking in the boutique, looking at them in the mirror. I've never felt that with clothes and as far as I'm concerned I could never buy shoes online. As the women designers wear their creations daily, comfort is the first thing I felt when I put them on. Two millimeters of foam under the insole gave me a smooth sensation even on high heels and I found myself like a Betty Boop ready to walk the streets or dance all night long. Above are all the pairs I tried.

One thing I appreciate with Cindy Glass is that the shoes are made in Beirut by Armenian craftsmen. Maybe that's why the first pair I bought is a pair of red sandals named Beirut from a previous collection that I'm really longing to wear.

And last but not least I wanted to show you this cheeky flat ballerina ("salope" means "bitch"), just written on one foot, for the Lolita inside you.

She will soon open an online shop on her website.

26 mars 2008

Pierre Hardy For Gap Design Editions


En début d'après-midi, j'ai retrouvé Mary-Laure devant le Gap des Champs-Elysées. Objectif, la nouvelle collection dessinée par Pierre Hardy. Je n'avais pas du tout aimé les modèles de l'hiver dernier, donc j'étais assez curieuse de voir ce qu'il nous proposait pour cet été. J'ai essayé les trois modèles mis en avant et celui qui m'allait le mieux est la paire de sandales compensées et talons en bois ci-dessous. Elle épouse bien le pied et une fine épaisseur de mousse sous la semelle intérieure la rend agréable à porter. D'habitude, je chausse un bon 39 mais là c'est en 38 qu'elle m'allait le mieux. Elle existe aussi en cuir marron.



Ce modèle compensé n'est pas mal non plus mais a un petit défaut, la bride au niveau du talon n'est pas bien ajustée et baille sur les côtés ce qui gâche un peu l'ensemble. Défaut que l'on retrouve aussi sur les sandales plates argentées que j'ai essayé. C'est dommage parce qu'elles font plutôt un joli pied. Ceci dit, j'ai trouvé le cuir un peu dur et je ne suis pas sûre que cela soit très agréable de marcher avec. Bilan, pas vraiment de coup de foudre, mais je pense que certaines devraient y trouver leur bonheur. Quant à moi j'ai une très jolie paire de sandales Estelle Yomeda de l'été dernier que je vais continuer à porter avec plaisir.


This afternoon I met Mary-Laure at the Gap boutique on the Champs Elysées to take a look at the Summer collection designed by Pierre Hardy. The last Winter edition didn't thrill me at all but I found this one more attractive. Among the three models I tried my favorite is the stacked wooden heel with brown leather straps (or khaki fabric) and brass buckle. I noticed that they are fitting larger, my size is 8 but they fit me better in 7. As for the peep-toe wooden wedge with gladiator style straps that wrap at the ankle, I found that there is problem of looseness with the straps that I don't like. The Grecian double strap T-bar sandals have the same problem, they are quite pretty on the feet but I can't say that I feel comfortable walking with them. Verdict: I didn't buy anything and I'm not sure I would. Actually, I've already got a pair of sandals with wooden heels from the last Spring/Summer collection of Estelle Yomeda that will still be perfect for this Summer.

25 mars 2008

If It Don't Fit: Some Kind of Attitudes

Ou comment je m'occupe un week-end de Pâques, quand tout est fermé, qu'il pleut et qu'il fait froid. Des attitudes saisies pendant la fashion week, une vieille chanson américaine dans le domaine public, et voilà.



The kind of thing I did during the Easter week-end when everything is closed, when it was raining and cold outside. Some attitudes I shot during the last fashion week, an old American song in the public domain, and here it is.

21 mars 2008

Spring/Summer collection : Estelle Yomeda





© 2008 Miss Glitzy
Hier, j'étais invitée à un cocktail à la boutique d'Estelle Yomeda où elle présentait Dreams, sa collection printemps-été, tout en délicatesse et féminité. Et je trouve les escarpins Orsay rouges tout à fait à mon goût. Je vous invite à y faire un tour un jour de shopping dans le quartier du Haut-Marais où les boutiques de créateurs poussent comme des champignons. Sur ce, je vous souhaite un bon week-end de Pâques et attention au chocolat.

Yesterday I went to a cocktail at Estelle Yomeda's boutique where I could take a look at "Dreams", her Spring-Summer collection, subtle and feminine. And I must admit that I really like the red Orsay pumps, they would be nice on my feet... Anyway, let me wish you a nice Easter week-end.

20 mars 2008

En passant devant YSL

Ces Derby me laissent perplexe. A ceux qui veulent se la jouer peintre qui sort de son atelier (bien que je doute que les peintres aient des souliers aussi tachés), je conseille une séance de travaux manuels. Prenez une paire de Derby ou de Richelieu un peu fatiguée, vos tubes de peinture, un gros pinceau, et faites de même. Vous économiserez 470 euros. Sans rire, vous porteriez ce type de souliers?



















Quant à cette sandale ou sa version avec étoiles (mais j'en ai déjà marre des étoiles), sa forme s'inspire terriblement, pour ne pas dire copie, un modèle d'André Perugia créé en 1955.

Collection privée
J'ai pu admirer cette sandale au Musée de Saint-Maur dans l'exposition Pas à Pas. C'est une réplique réalisée par la maison Charles Jourdan en 1985 de ce modèle dessiné en hommage à Picasso. Troublant non?

Edit de 22:05: Encore des questions. Dans l'ouvrage de Jean-Paul Roux, La Chaussure (Atelier Hachette/Massin, Paris, 1980), cette sandale est décrite comme un hommage à Fernand Léger. En en discutant avec Poirette, qui bien évidemment connaissait ce modèle, nous en sommes arrivées à la conclusion que l'inspiration est plus proche de Léger que de Picasso. Mais la discussion reste ouverte.

I found myself really perplexed when I saw that Derby in the YSL's window. For those who want to pretend to be a painter (even if I doubt that painters got such a spotted shoes), I advise you to take one of your old Derby's pair, a paint brush, colored paints and do the same, you'll save €470. Seriously do you really feel like wearing this kind of shoes?

As for the sandal, you can see that the inspiration (copy?) comes from a 1955 model designed by André Perugia. I had the chance to admire a replica made by Charles Jourdan in 1985 during the exhibition "Step by Step" at the Museum of Saint-Maur. There, they wrote that this sandal was a tribute to Picasso but I also read in a book that it was an homage to Fernand Léger. So the discussion is opened.

19 mars 2008

La Pantoufle de Cendrillon / Cinderella's slipper

Longtemps j'ai fait ma maligne en affirmant (je peux être très péremptoire parfois) que la pantoufle de Cendrillon était en vair* et non en verre. A ma décharge, lorsque l'on m'a raconté l'histoire je ne savais pas encore lire et j'avoue que depuis je n'ai pas rouvert un recueil de Charles Perrault. L'image d'une pantoufle, enfin plutôt d'un escarpin, bordée de fourrure s'est donc formée dans mon esprit jusqu'à ce que des textes viennent ébranler mes certitudes. Un coup en verre, l'autre en fourrure, elle était en quoi finalement???



Autant pour moi (ou au temps pour moi, comme me le fait remarquer Fred The Mole en commentaire. Je ne sais plus quoi penser).

Revenons à nos moutons. D'où vient le vair? Quelques requête Google plus tard, il semble que ce soit Balzac et Littré qui décidèrent de corriger la graphie "au nom de la raison...". Vous avouerez qu'un soulier fait en verre est difficile à imaginer et j'ai toujours trouvé ça un peu masochiste. Cependant, Balzac n'a pas pu s'inspirer de la Vénus à la Fourrure de Léopold Sacher-Masoch. Le livre est paru en 1869, dix-neuf ans ans après sa mort.

Gustave Doré
Ceci dit le texte de Perrault reprend un conte qui remonte au Ier siècle avant JC et que l'on retrouve en Chine au IXème siècle (le soulier est en or et les personnages de la marâtre et de sa fille entrent en scène). Dans le conte grec, l'histoire se déroule en Egypte où le soulier devait être une sandale en papyrus, jonc ou roseau, l'héroïne étant courtisane. Il faut donc croire qu'en France au XVIIème siècle, le verre était un matériau rare et précieux.

Chez les frères Grimm, on trouve la description de deux paires de souliers. Lors des deux premiers bals, Cendrillon porte des pantoufles brodées de soie et d'argent et au troisième, des escarpins en or. C'est un de ces escarpins qui reste collé sur une des marches de l'escalier préalablement enduit de poix. Le prince en avait marre de lui courir après. En lisant le texte, je me suis rendue compte qu'il était aussi beaucoup plus gore que celui de Perrault. Les deux vilaines soeurs s'amputent, le pouce pour l'une, le talon pour l'autre, afin de pouvoir chausser l'escarpin. Et comme si ça ne suffisait pas comme châtiment, deux oiseaux leur crevent les yeux à la noce de Cendrillon. Amputées et aveugles, ca vous apprendra à être méchantes, sottes et superficielles. De l'utilité des contes...


Et pour vous, il était comment le soulier de Cendrillon?

*Du latin varius, qui signifie moucheté, tacheté ou bigarré. Apparu dans la langue française au XIIème siècle, nom ancien de la fourrure du petit-gris, écureuil de Russie.

This note is about the French word describing Cinderella's slipper. In French the words "vair" and "verre" have the same pronunciation and for a long time I was absolutely sure that the slipper was in fur and not glass. ("vair" defines the speckled fur of a little Russian squirrel). But then I read texts that made me wonder how Charles Perrault described it in its fairy tale. And the answer was "glass slipper". In fact, it was Honoré de Balzac who decided to change the "verre" into "vair" because he thought that it was more believable. Anyway, the tale appeared in the first century before J.C and then in the ninth century after J.C in a Chinese fairy tale where the shoes are in gold. So I believe that in France in the seventeen century the glass was precious and rare. In the Grimm's version you find two pairs of shoes. First Cinderella wears silky slippers with silver embroidery and at the last party she lost one of her golden pumps. This version is more scary than the Perrault one. One of the sister cut her big toe to wear the pump and the other one her heel. And as if those punishments aren't enough two birds gouge their eyes out.

16 mars 2008

Break

I won't be there for a couple of days but I'll come back soon with new stories. Have a nice Sunday.

13 mars 2008

Midec / The Box

© 2008 Miss Glitzy
J'ai déjà dit ici ce que j'avais pensé du Midec. Alors lire dans FashionMag que cette édition a été particulièrement morose, avec une fréquentation si faible que les organisateurs ne souhaitent pas communiquer les chiffres, ne m'étonne guère. Coincé entre le salon de l'agriculture et le salon du fromage, bien loin des allées et venues de la fashion week, la nouvelle équipe en place depuis la cession du Midec à la Fédération française de la maroquinerie a eu bien du mal à faire venir les acheteurs. Pour la prochaine session début septembre, le Midec et le salon de la maroquinerie ne feront qu'un. Espérons que d'ici là, ils auront l'idée d'en dépoussiérer un peu l'organisation afin d'attirer des marques un peu plus intéressantes.

@ The Box, on trouve plus de bijoux que de souliers, mais j'y ai quand même rencontré Minna Parikka, créatrice finlandaise dont j'avais déjà parlée . Une grande brune adorable, qui a eu la bonne idée de présenter sa collection A/H 08-09 à travers une vidéo. En attendant des visuels de sa collection P/E, allez visiter son site. Il y a la collection de l'hiver en cours, Jealousy, qui me plaît vraiment beaucoup. Et pour rester dans les filles, j'ai sympathisé avec la directrice commerciale de Pring, nouvelle marque lancée par une américaine, d'origine thaïlandaise, belle-soeur de Gaspard Yurkievich. A peine le salon terminé, je recevais des photos et un message de Pring que je dois rencontrer la semaine prochaine. Ça me change de ceux qui ne répondent pas à mes emails. Non, je ne donnerais pas de noms, enfin pas tout de suite...

Evidemment, voir des collections de l'hiver prochain provoque un petit décalage. Mais je vais revenir au printemps/été très très vite. Material Girl a fait une petite sélection sur son blog que je vous conseille. N'allez pas penser que c'est par paresse de ma part, mais je ne vois pas l'intérêt de répéter ce que d'autres ont déjà fait et bien fait. Et puis je dois bien avouer que j'ai un tropisme qui m'entraine à m'intéresser aux créatrices et aux marques qui se lancent, plus qu'à celles déjà bien établies. Sur ce, je retourne à mon montage.

I've already told you what I thought about the Midec trade, so when I read in a French online magazine that this edition was actually so sullen that the organizers didn't want to reveal the visitor's number I wasn't surprised. For the next edition in September the Midec will be part of the leather fair trade, let's hope that the new team will succeed in attracting interesting brands.

@ The Box, an accessories fair trade, you find more jewels than shoes but there I met Minna Parikka, a Finnish designer I already mention here. A tall and charming brunette who had the interesting idea to show her next F/W collection on a video. I wish to present you some of the models of her S/S collection soon but yet you can visit her website to get a view of her style. I also was interested by a new brand launched by Pring, a Thai American young woman, who happens to be Gaspard Yurkievich's sister-in-law. Two days after the end of The Box, she sent me pictures and I will meet her next week.

After all this F/W 08-09 collection, I will come back pretty soon to the S/S 08. Material Girl did a selection on her blog (in French), you can take a look at it. It's not that I'm lazy but I don't see the point of repeating what has already been done. And I must admit that I'm more interesting by women designers and new brands than in well-known ones. So now I'm going back to my video editing.

11 mars 2008

Glitzyrama#1 - Outdoor Chanel

Je n'ai pas passé mon temps à faire des quiz ou à regarder la pluie tomber, je me suis mise au montage dimanche et hier, et mine de rien ça prend du temps. Si on y prend garde, on se transforme en Pénélope, à faire et défaire son ouvrage. Il faut savoir dire stop, même si le son n'est pas parfait, tout comme certains raccords. Alors voilà un premier Glitzyrama, tourné à la sortie du défilé Chanel. Vous me direz ce que vous en pensez. La qualité de compression en flash de YouTube n'est pas terrible, mais bon, je fais avec les moyens du bord.


I didn't spend my time doing quiz or watching the rain falling the last two days. I was editing a short film and it's an absorbing occupation. It's my first Glitzyrama shot outdoor the Chanel show, the exit of the VIP, models, journalists, the paparazzi and all the fuss. I don't like the flash compression of YoutTube but I don't have another channel. So be it, let me know what you think about it.

9 mars 2008

Sunday Pastime

Childish thing I like to do on a sunday afternoon.

I am Elizabeth Bennet!


Take the Quiz here!


And you?

Tagging...

I've been tagged by Shoes Mend Hearts. Here are the rules:

1/ you link back to the person who tagged you.
2/ post these rules on your blog.
3/ share six unimportant things about yourself.

Well well, I had to think about it. So here we go:

1/ I like to read while I'm having breakfast. In fact, I need it and I always have a book or a newspaper with me. I find it the best way to wake up and start the day.
2/ I do shopping and "things to do" lists, got a lot of them on my desk and always forget something.
3/ I don't bite my nails but the skinny ridges around them. So I never do manicure, never learn to put nail varnish while I find it so sexy, but I try to quit that nasty habit by putting on lipstick.
4/ Sometimes I'm obsessed with some kind of cakes. It can be "macarons", cheese cake or shortbread biscuits as nowadays. I found the best shortbreads cookies in Paris at Aurore Capucine (3, rue de Rochechouart 75009 Paris)
5/ I buy shoes even if I know that I couldn't wear them just for their beauty, the shape, the fabrics, you know, when shoes are work of art.
6/ I also collect uncirculated banknotes. There is something magic in buying crisp banknotes from different countries and period of time. I've got uncirculated French banknotes from the thirties or the fifties and find it incredible that they have been kept in this condition for such a long time. Interesting artists designed banknotes which is another reason to collect them. if you're interested in it, take a look at Monyz.

I tag (but it's up to you girls) :
Aurea
Eiffel Cocktail
Sailor Banana

7 mars 2008

Charles Jourdan : I'm wondering

Rue de Tournon © 2008 Jimmy Cash
Je lis partout le même communiqué de presse, ça devient lassant. Bénédicte Jourdan est ravie, le délégué CFC-CGC aussi. Celui de FO l'est un peu moins, amer peut-être d'avoir vu son offre, présentée avec d'anciens salariés, rejetée. Bref, échaudé par les différentes reprises qui se sont soldées par des liquidations, il s'interroge sur ce fonds Finzurich sur lequel on sait peu de choses. Sinon que les actionnaires de ce fonds sont basés à Madrid et qu'ils se sont engagés à doter l'entreprise de 5 millions d'euros de capital, 5 millions de compte courant et 5 millions de ligne de crédit bancaire. René Renda, ancien directeur des opérations de Charles Jourdan, consultant du groupe Finzurich, et probable futur directeur du site, a annoncé qu'il espérait une reprise de la production dans six semaines, avec un objectif fixé de 150 000 paires par an dans trois ans. Ça c'est pour ce qu'on veut bien nous dire. On balance des chiffres.

Sans être super calée en business, je ne vois pas comment on peut exploiter une marque qui ne vous appartient pas. En décembre 2006, Yannis Bilquez, ancien PDG de l'entreprise, a vendu la licence Charles Jourdan à l'entreprise américaine BBC pour 4 millions de dollars. Il faudra donc que la nouvelle équipe passe par eux ou signe un deal pour pouvoir vendre les nouvelles collections sur le continent américain. Quant à l'exploitation de la marque en France et en Europe, est-ce qu'un accord a été passé avec la justice suisse et les créanciers de M. Bilquez? Petit rappel, ce monsieur est toujours incarcéré en Suisse, l'instruction de son dossier étant en cours.

Mystère. Mais je ne vais pas en rester là.

I read everywhere the same press release and it's quite boring. Everybody seems very happy by the project of Finzurich except for the Union leader of FO who's wondering about this fund. The shareholders of Finzurich are based in Madrid and maintain the 15 millions euros of investment. René Renda, former director of Jourdan and consultant for Finzurich said he wished to start new production in six weeks with a final goal of 150 000 pairs in three years. That's for the figures. I'm not a business woman but I'm wondering how you can make use of a brand that don't belong to you anymore. In December 2006, Yannis Bilquez, last owner of Charles Jourdan, sold the licence to BBC, an American company, for 4 millions dollars. So I guess that Finzurich has to deal with them to sell the next collection in the U.S. What about France and Europe? Has they made an agreement with the Swiss justice and Yannis Bilquez's creditors. The man is still in jail and the lawsuits are not over yet. So I'm wondering and pondering. Big mystery I'll try to solve.

6 mars 2008

Reprise de Charles Jourdan

Le tribunal de commerce de Romans-sur-Isère a finalement rendu sa décision ce matin et a tranché en faveur du fonds d'investissement Finzurich, basé au Costa Rica. Le projet présenté prévoit le rachat de l'ensemble des actifs de l'entreprise, un investissement de 15 millions d'euros et la reprise de 130 salariés sur 197. Il avait le soutien de Bénédicte Jourdan, petite-fille de Charles Jourdan, qui redoutait une "vente par compartiments" de l'entreprise pour éponger les 2,5 millions d'euros de dettes. "Ils ont un vrai projet industriel et commercial, c'est le seul dossier qui fait une continuité avec le passé, qui utilise les compétences et un maximum de salariés", a-t-elle déclaré à l'AFP. Quid de ce fonds d'investissement, quid de la marque toujours propriété d'un holding suisse? Je sens que je n'en ai pas encore fini avec Jourdan. A suivre, comme on dit.

© 2008 Miss Glitzy
Ces deux paires de shoes, taille 41, attendaient aussi un repreneur dans ma rue hier soir. Non pas qu'elles m'aient fait penser à Charles Jourdan, mais plutôt à ces chaussures dont on trouve en général un seul pied dans une rue ou sur les bords des autoroutes. Je me suis toujours demandée pourquoi un seul pied.

The commercial court in Romans-sur-Isère finally approved a takeover bid for the luxury shoe maker Charles Jourdan from Costa Rica-based investment fund Finzurich. The project was supported by Bénédicte Jourdan, the grand-daughter of Charles Jourdan. They plan to invest 15 millions euros and to keep 130 workers of the 190 who lost their job in December. What about this fund? What about the brand still belonging to a Swiss holding? I guess I'm not through with it yet.
About those two pairs of shoes, US size 9, I found in my street yesterday, seems they were waiting for new feet. Usually, there is only one shoe alone on the sidewalk or on the side of a road and I always wonder what happened to the other.

4 mars 2008

What's Up?


Retour sur la Fashion Week. Je ne sais pas ce que je me suis chopée comme truc viral, mais le moins qu'on puisse dire c'est que je n'étais pas très en forme. Du coup après Dior et Sharon Wauchob, je n'ai fait que la sortie du défilé Chanel, très people, et l'arrivée chez Sonia Rykiel, plus Saint-Germain, mais avec Rihana quand même, qui a dû se taper tous les défilés importants sans broncher. Et après direct au lit. Inutile de vous dire que samedi la caméra est restée en mode off et moi aussi. Mais finalement d'avoir été malade n'est pas si mal. Avec plus de deux heures de rushes, j'ai déja de quoi m'amuser au montage. Du boulot en perspective.

I didn't feel well during the last fashion week in Paris, I don't know what kind of virus I caught but I felt so nauseous that I couldn't actually follow the rythm. So after Dior and Sharon Wauchob, I just shot outdoor Chanel at the end of the show, with all the fuss with the bodyguards and paparazzi surrounded the VIP, and the arrival at Sonia Rykiel, more Saint-Germain-des-Prés, but still with Rihana who must have attended all the important shows. And after that I went directly to my bed. But finally I've got more than two hours of rushes, and it's far enough to edit some videos. Now I've got to do it.

Fashion Week Paris : Outdoor Nina Ricci




Momie, bloc de béton, voilà ce qu'elles m'inspirent. Strange.



The Attitude right now. Who decide it?

Plus open en duo...




© 2008 Miss Glitzy

Je crois que j'ai un faible pour les semelles rouges.

I guess I'm definitely attracted by the red soles.

3 mars 2008

Bug

J'ai un problème depuis deux jours avec Blogger. Des photos ne s'affichent plus ce qui m'énerve au plus au point. Je vais essayer de régler ça demain, désolée pour les Outdoor Chanel et Nina Ricci, ils reviennent bientôt.

I got problems with Blogger, some kind of bug, some pictures disappeared which is getting on my nerves. I'll try to fix it tomorrow, sorry for the pictures of the Outdoor Chanel and Nina Ricci, I'll post them back soon.

2 mars 2008

Fashion Week Paris : Outdoor Chanel



Ensuite, j'ai failli être écrasée par les gardes du corps qui serraient Claudia de très près. Et ces guys ne plaisantent pas.


New face.

Les bottes d'Ellen Von Unwerth.


Le vent dans les jupes.

© 2008 Miss Glitzy

Follow Me







© 2008 Miss Glitzy

Dans un groupe, celle qui mène la danse et donne le pas est en Louboutin.

In a band, the one who leads the other wears Louboutin.