31 juil. 2008

On Achève Bien Charles Jourdan / They Shoot Jourdan, Don't They?

Enfin c'est tout comme. Ce que j'écrivais précédemment s'est confirmé et je n'ai pas l'impression que l'on se dirige vers un happy ending. La société Finzurich qui s'était engagée à racheter les actifs n'avait versé à la date du 6 juin que 200.000 euros, soit 10% des sommes dues. Ne voyons toujours rien venir, le liquidateur judiciaire a donc, comme promis, assigné Finzurich devant le tribunal de Romans qui a convoqué les dirigeants pour le 6 octobre prochain. Par ailleurs, il a été fortement conseillé aux 130 salariés concernés par la reprise de Charles Jourdan de rejoindre la plate-forme de reclassement cuir-chaussure mise en place à Romans. C'est dire l'optimisme qui règne. D'autant que les dirigeants de Finzurich restent muets comme des carpes. Alors à moins d'un énième rebondissement dans cette saga judiciaire, on risque bien d'assister en octobre à la fin de Charles Jourdan.

Well, it looks alike. What I wrote previously was confirmed and I don't think that there gonna be an happy ending. The Finzurich fund who first garanteed to buy up all the assets gave only 200.000 euros, which is only 10% of the total amount. So as promised, the liquidator asked the commercial court of Romans to summon the managers. Next round on October 6. Besides, the 130 workers who was assured to be hired back was advised to join the shoe/leather's reclassification platform settled in Romans. Not an optimistic advice actually. Furthermore, there's no words from Finzurich about the subject. So except a new development in this judicial saga, we might actually witness the end of Charles Jourdan.

Une publicité pour le souvenir. 
An ad to remember.

Previously on Miss Glitzy, Charles Jourdan's saga : episodes 1, 2, 3, 4, 5.

The Chess Player


© 2008 Miss Glitzy
Hier, boulevard Saint-Germain, alors que j'étais en train de me dire que la ville avait été désertée, et que je désespérais de trouver un sujet à photographier, j'ai croisé cette femme et ses talons. 
Yesterday, Saint-Germain boulevard. While I was thinking that everybody has left the town and was despairing to find a subject to shoot, I saw this lady and those heels on the sidewalk. 

28 juil. 2008

My Mind Is Melting Away

Je voulais vous parler d'un premier coup de coeur pour trois modèles de cet hiver, mais il a fait tellement chaud hier que j'ai surtout eu envie de ça :

I was ready to tell you about three models from a Winter collection that I found extremely attractive but it was so warm yesterday that all I really wanted was that:

© 2008 Miss Glitzy
Tremper mes pieds dans ma rivière au fin fond du Cantal et faire le plein de fraîcheur dans une eau qui dépasse rarement les 17 degrés. La chaleur me ramollie comme une montre de Dali, je ne sais rien faire d'autre que m'affaler sur mon lit avec des magazines. Mais comme les numéros d'août sont plein de toutes les tendances automne/hiver, c'est un peu comme si je bossais quand même (si, si, on y croit). Ces Polaroids au SX 70 me rappellent ce temps où le numérique n'avait pas encore envahi nos vies. La production de films est arrêtée depuis un moment déjà, mais on peut dire ce que l'on voudra, c'était génial ces appareils. Et je conserve mon SX, en cuir marron, comme un fétiche.

Bathe my feet in the river in my countryside and cool my body in the cold water. Warmth melt me like a Dali's watch, and I can't do anything except collapsing on my bed with magazines. But as all the August mags are about the Fall/Winter trends I feel like working a little bit. Those Polaroids made with a SX 70 remind me of a time without all those digital cameras which now overrun our lifes. There is no more film produced but whatever you can say, those cameras were great. And I keep my brown leather SX 70 like a fetish.

Tokio Kumagaï

La première fois que j'ai vu une photographie d'un modèle de Tokio Kumagaï, je crois bien que c'était ces ballerines "Souris" (1986/87). Mais il y a aussi, le modèle "Coq" ou "Sport car", dont j'ai tout de suite adoré l'esprit ludique. Ces souliers font désormais partis de la collection du Powerhouse Museum de Sidney que je vous invite à regarder ici.
I think that the first time I saw a picture of a Tokio Kumagaï's model, it was these "Mouse" ballerina flats (1986/87). But there's also the "Rooster" or the "Sport Car" and I immediatly loved their witty spirit. They now belong to the Powerhouse Museum of Sidney's collection and you can take a look here.

Sur Tokio Kumagaï, je n'ai pas trouvé grand chose dans mes bouquins ou sur le net. Sinon, qu'il est né en 1947 à Sendaï, qu'il est entré en 1966 à l'école de stylisme Bunka Fukuso Gakuin et qu'il a obtenu durant ses études plusieurs récompenses (Prix So-En, prix Endo), et un billet d'avion pour Paris où il s'installe au début des années 70. Il commence à travailler comme styliste freelance pour J.C de Castelbajac, Rodier, Cerruti et Fiorucci, pour qui il crée des baskets dorées et argentées, et dont le succès le décide à se lancer dans la création de chaussures. En 1980, il lance sa marque Tokio Kumagaï Paris et ouvre sa première boutique Place des Victoires en 1981. Il devient célèbre pour ses modèles inspirés des oeuvres d'artistes tels que Dali, Kandinsky et Mondrian, ainsi que pour ces amusantes représentations de souris, coqs ou encore de masques africains. Travail sur les formes, utilisation de motifs peints à la main, d'un large éventail de matériaux, bref il innove et participe au renouveau esthétique qui a marqué les années 80. En 1985-86, il développe sa marque en lançant une ligne de vêtements pour homme en association avec Itokin, fabricant de vêtements japonais, ainsi qu'une série de montres en collaboration avec Seiko. Il développera une autre ligne pour homme ainsi qu'une pour la femme, avant de décéder brutalement à Paris d'un cancer du foie. C'était en 1987, il avait 40 ans. Ses assistants ont continué sa griffe jusqu'en 1991. De son côté, Amélio Zagato, son agent italien et collaborateur chez Heresco (fabricant de chaussures) a continué a reproduire quelques modèles pour satisfaire sa clientèle et ce jusqu'en 1997. A la fermeture de l'atelier Tokio Kumagaï, toutes ses archives ont été données au Kyoto Costume Institute.

I didn't find a lot of informations about Tokio Kumagaï in my books or on the internet. Let's say that he was born in 1947 in Sendaï, began to study fashion design at Bunka Fukuso Gakuin in 1966, and received several prizes (So-En prize, Endo Prize) and a plane ticket to Paris where he settled down at the beginning of the 70's. He started his career as a freelance designer working with J.C de Castelbajac, Rodier, Cerruti and Fiorucci for whom he designed golden and silver sneakers which were so successful that he decided to keep on designing shoes. In 1980, he launched his own brand, Tokio Kumagaï Paris, and opened his first boutique Place des Victoires in 1981. He became famous for representing in his shoe designs the works of artists such as Dali, Kandinsky or Mondrian as well as for the funny mimicking subjects as mice, roosters or African masks. With his innovative approach of design, the use of handpaintings and a wide range of materials, he clearly participated to the new estheticism of the 80's. In 1985/86, he launched Tokio Kumagaï Homme with the Japanese fashion company Itokin and designed watch in collaboration with Seiko. Then, he developed a line of clothes for women and another one for men but suddenly died of liver cancer. It was in 1987, he was 40 years old. Amélio Zagato, his agent and collaborator at Heresco (Italian footwear company) kept on producing some of his models to satisfy his international clientele until 1997. All his archives are now at the Kyoto Costume Institute.


Je sais que j'ai peu de chance de trouver un jour ces délicieuses ballerines, objets de collections que l'on trouve maintenant dans les musées. De même, il est rare de trouver un modèle griffé Tokio Kumagaï sur eBay. Alors inutile de vous dire que lorsque je suis tombée sur cette paire d'escarpins en veau velours noir et cuir doré, au si joli décolleté, je n'ai pas lâché l'affaire. Comme je le disais précédemment, c'est la première fois que je suis en mesure de porter une paire de chaussures vintage et ça me fait un drôle d'effet. Ils sont en très bon état mais il y a bien des traces, notamment sur le cuir des talons, qui prouvent qu'ils ont été portés. Et je me plais à imaginer qu'ils ont appartenu à une égérie qui a dansé jusqu'au bout de la nuit sur les pistes de danse du Palace ou du Studio 54.

I know that I have few chances to find one pair of those gorgeous ballerina flats, which are now part of museum collections. And it's pretty rare to find a pair of Tokio Kumagaï Paris on eBay. So you can imagine that when I saw this pair of pumps in black suede and golden leather with such a beautiful design I was eager to get them. As I told before, it's the first time that I can actually wear vintage shoes and I can't help finding it a little bit strange. They are in good conditions with minor scuffs, especially on the heels, so I know that they have been worn. And I like to imagine that they belonged to some kind of It Girl who was dancing all night long at the Palace in Paris or the Studio 54.


© 2008 Miss Glitzy
Qu'est-ce que vous en pensez?
How do you find them?

25 juil. 2008

Such A Perfect Day

Telle était ma journée d'hier, vous savez celles que l'on prend pour soi, comme un avant goût des vacances. Prendre le temps d'écouter quelques disques chez Gibert et acheter trois albums que l'on écoute en boucle en rentrant (j'en parle ici), suivi d'un déjeuner en agréable compagnie, se faire couper les cheveux, rentrer chez soi à pieds en faisant un petit détour chez une charmante modiste pour acheter un Panama. Oui, les vacances ça se prépare. Mais en fait, c'est dès 9 heures du matin, en sortant du bureau de poste, que je savais que la journée serait parfaite. J'avais enfin en main mes escarpins Tokio Kumagaï achetés sur eBay et qui en plus me vont. Ce qui n'est pas toujours le cas lorsque j'achète des souliers vintage. Vous les verrez ces prochains jours, et pour ceux qui ne le connaissent pas, vous en saurez alors un peu plus sur ce créateur japonais à la brève mais intense carrière. 
That's how I feel when I think of yesterday. A perfect day. Taking time to listen to some music in a store and buying three CDs that I listened over and over once back home (I talk about it here but sorry guys this blog is in French). A lunch in good company, a haircut and the purchase of a Panama hat in the tiny shop of a charming milliner. And yes, I have to prepare my vacations. But in fact I knew at 9 am, while I was leaving my post office, that this day would be great. Because I finally got my Tokio Kumagaï's pumps I bought on eBay which fit me and it's not always the case when I buy vintage shoes. I'll show you them soon and for those who don't already know him, I'll do a portrait of this Japanese designer who had a brief but so creative career.

© 2008 Miss Glitzy
Puisque maintenant je sais que vous aimez le rouge, que pensez vous de ce pochoir? Car outre les souliers, j'aime aussi photographier toutes les manifestations d'art urbain. C'est que ça se passe. Et j'en profite aussi pour vous remercier de vos commentaires enthousiastes. Ça me fait extrêmement plaisir et je vous souhaite un excellent week-end.
Now that I know that you do love red, what do you think of that shoes stencil? Because you see besides shoes I love to shoot all the street-art designs I see. Just take a look here. And also I'd like to thank you for all your enthusiastic comments. It gives me such a great pleasure and I wish you a great week-end.

24 juil. 2008

Put On Your Red Shoes And...

... dance the blues. Et maintenant en choeur : Let's dance! (David Bowie, 1983). Ok, cela ne peut évoquer quelque chose qu'à ceux qui ne sont pas nés dans les années 80 (soupirs...). Je pourrais aussi citer "Red Shoes" de Tom Waits (Blue Valentine, 1978) qui me vient aussi spontanément à l'esprit. En fait, si on google "red shoes+lyrics", on se rend compte qu'il y en a quelques unes - Elvis Costello, Chris Rea, Kelly Family, Throwing Muses, Saywer Brown - ma préféré étant celle de Kate Bush, relecture du film Les chaussons rouges de Michael Powell et Emeric Pressburger, si ça vous intéresse le clip avec Miranda Richardson est ici.
Mais trêve de musique, parlons de mes souliers rouges. Finalement, je n'en ai pas tant que ça... mais j'ai quand même des mules de bimbo italienne en vichy rouge et blanc dont je suis très fière! Pour en savoir plus sur les sandales compensées Clergerie, c'est .
... dance the blues. And now in chorus : Let's dance! (David Bowie, 1983). Ok it can only remind something to those who are not born in the 80's (sigh...). I can always mention "Red shoes" by Tom Waits (Blue Valentine, 1978) that I naturally think about. In fact if you google "red shoes+lyrics" you find out that there are few songs by - Elvis Costello, Chris Rea, Kelly Family, Throwing Muses, Saywer Brown - but my favourite is the one by Kate bush who revisit The Red Shoes movie by Michael Powell and Emeric Pressburger. If you're curious, here the link to the video clip featuring Miranda Richardson. But let's talk about my red shoes. Finally I haven't got so much of them... but I'm proud of my Italian Bimbo slippers in red and white gingham. If you want to know more about the carved wedge sandals by Clergerie, it's here.

Bon, mes trois paires préférées sont les suivantes :
So my three favorite pairs are : 

Ces "Sun Flower", ma première paire d'Estelle Yomeda. Je me souviens très bien les avoir achetées un de ces jours bluesy où rien ne va. Je les ai vues en vitrine, je suis entrée, les ai essayées et les ai gardées aux pieds. Et j'allais beaucoup mieux. C'est ça le pouvoir magique des souliers.
Those "Sun Flower", my first Estelle Yomeda's pair. I clearly remembered that I bought them one of those bluesy days when everything goes wrong. I saw them in the window, came in, tried them on and kept them on my feet. And I felt better. That's the magical power of shoes.

Mes Manolo, achetées à NY le dernier jour de mon séjour, un quart d'heure avant la fermeture de la boutique. J'aurais été verte de repartir sans. Je les trouve superbes, mais soyons honnête, il est impossible de marcher avec. Rien à voir avec le talon ou la cambrure mais plutôt un défaut de fabrication ce qui est plus grave. J'ai marché avec, et encore pas des kilomètres, et j'avais les orteils en sang à cause du frottement sur la couture de la semelle intérieure. Disons que ce sont typiquement des sandales qui ne sont pas faites pour marcher mais avec l'esprit un peu polisson on peut toujours leur trouver une utilité... J'avoue que l'influence de Sex and the City est pour beaucoup dans cet achat. C'est fou la pub que cette série a fait pour Blahnik et Louboutin. Car mes Louboutin sont aussi rouges, tant qu'à faire. 
My Manolo's, bought in NY the last day of my stay, a quarter before the closing time but I would have been saddened leaving without them. I find them gorgeous but to be honest I can't walk with them. It's not a matter of high heels or arch but a fabrication flaw which is a serious problem. I wore them once and walked but not for miles and my big toes bled because of the rubbing on the stitches of the inner sole. Typically those sandals are not made for walking but with a kinky mind you can find another purpose... I must admit that there is a big influence of Sex and the City in this purchase. It's amazing the publicity that show did for Blahnik and Louboutin. Because my Louboutin's are also red!

© 2008 Miss Glitzy
Là rien à dire, souplesse du cuir, hauteur de talon idéale, confort absolu. Merci M. Louboutin.
Nothing to say except the leather softness, the perfect high of the heel, the absolute comfort. Thanks a lot Mister Louboutin. 

23 juil. 2008

Some Kind Of A Chase




© 2008 Miss Glitzy
Il fait beau, il fait chaud, mon appartement se transforme en étuve, mais après tout en est fin juillet, et malgré cela c'est quand même bien agréable de voir des filles en robe claquant des talons dans le métro parisien. C'est flou, je sais, mais ça me plaît ainsi. Et demain, je reviens au rouge. 

Blue sky, warm weather, my apartment is becoming a furnace but after all it's summertime, and despite that I enjoy seeing girls wearing dresses and high heels in the subway. It's out of focus, I know, but I like it like that. Tomorrow I'll post new stuff about red color. 

21 juil. 2008

Yellow Interlude

© 2008 Miss Glitzy
Je suis comme qui dirait dans un trip couleurs en ce moment.
I'm in some kind of color trip right now.

18 juil. 2008

And What About Red?

Avant de vous révéler ma collection de souliers rouges, parlons un peu de cette couleur. Feu et sang, vie et mort, pudeur et passion, sexe et virginité, symbole du pouvoir et utilisation à des fins politiques..., elle attire l'oeil comme nulle autre couleur et enflamme l'imaginaire. J'ai donc profité d'un peu de temps libre pour aller visiter l'exposition "Aussi Rouge Que Possible" au Musée des Arts Décoratifs qui explore à travers plus de 400 objets les différentes facettes, symboliques et utilisations du rouge dans notre société et à travers différentes époques. Choix d'objets judicieux et pour la plupart vraiment magnifiques, la balade thématique est amusante et instructive, et je vous la recommande vivement.

Before revealing you my red shoes collection, let's talk about this color. Fire and blood, life and death, modesty/decency and passion, sex and virginity, symbol of power and its political use..., it's obviously one of the most attractive color which allows every kind of fantasies. As I got some spare time I went to visit the exhibition, "As Red As Possible", at the Parisian Museum of Decorative Arts which explores through more than 400 items the many-sided, symbolism and use of the red color in our society and through different periods. The items are discerningly chosen and mostly awesome, the thematic visit is amusing and enlightening, so if you're in Paris don't hesitate to spend some time there.

Cabinet Enfer, Elisabeth Garouste, Mattia Bonetti, France 1998;
Anis Infernal - Lerida commandité par Miguel Serra, Leonetto Cappiello (1875-1942), France 1905. "Hell Cabinet", Elisabeth Garouste, Mattia Bonetti, France 1998; Ad for Anis Infernal - Lerida, Miguel Serra's order, Leonetto Cappiello (1875-1942), France 1905.

"Cette femme était vêtue de pourpre et d'écarlate, et parée d'or, de pierre précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d'or, remplie d'abominations et des impuretés de sa prostitution." Apocalypse, 174. Vous voyez le tableau!

Lanterne rouge des maisons closes, obligation pour les prostitués de porter au Moyen Age une pièce de vêtement rouge pour afficher leur statut, rouge des courtisanes au 19ème siècle, la Lettre écarlate, marque de l'adultère, chez Nathaniel Hawthorne, mais aussi la robe rouge que porte la mariée jusqu'au 19ème (et toujours d'actualité en Chine et dans d'autres pays d'Asie), la femme, vierge ou putain, est définitivement une tentatrice avec le diable au corps.

It's pretty hard to translate a verse from the Apocalypse. Let say that it's a description of a woman dressed in scarlet and crimson, adorned with gold, jewels and pearls. She handled a golden dish full of abominations and the impurities of her prostitution. You get the picture!

The red light of the brothels, the obligation for the prostitutes during the Middle Age to wear a piece of red on their outfits so they can easely be identified, the red of the courtesans, the
Scarlet Letter, mark of the adultery in Nathaniel Hawthorne's book, but also the red dress worn by the bride until the ninetieth century (and still wear in China and others asian countries), the woman, a virgin or a whore, is definitely a diabolical temptress.

Affiche Rouge Baiser, René Gruau (1910-2004), France 1949. Ad for the "Rouge Baiser" (Red Kiss) lipstick, René Gruau (1910-2004), France 1949.

Pour en rajouter une couche, si j'ose dire, dans la séduction...
To be more seductive...

Paris 1939, feutre, crosse en plumes d'autruche teintée;
Rose Descat, Paris 1932-38, plumes d'autruche teintées, retaillées et ébouriffées, voilette en résille Nylon, Chapeau Albouy (vers 1950), velours de soie, voilette en Nylon, fleurs en velours et taffetas. Paris 1939, felt hat and tinted ostrich feathers; Rose Descat, Paris 1932-38, tinted ostrich feathers, cut and ruffled, veil in Nylon; Albouy's hat (around 1950), silk velvet, veil in Nylon, velvet and taffeta flowers.

Et pourquoi chapeautée...
With a cute hat...

© 2008 Miss Glitzy
Bottine "Kiki", Roger Vivier (1907-1998), Paris 1987-88, cuir verni doublé de chevreau. 
Boot "Kiki", Roger Vivier (1907-1998), Paris 1987-88, varnished leather lined with red kid.

Cette bottine est une spéciale dédicace à Imelda, fan absolue du maître Vivier. Il y a aussi une cuissarde Grenada, broderie Lesage, Paris 1987, en satin de soie brodé de perles facettées et paillettes, frange de plume d'autruche découpée, de toute beauté.

Je me suis principalement attachée ici au rouge "plaisir et volupté" (on ne se refait pas) mais les autres thèmes abordés sont tout aussi intéressants. Si ça vous dit, bonne visite.

This boot is dedicated to Imelda who is a great admirer of this shoe Master. A thigh boot "Grenada" is also shown, Lesage embroidery, Paris 1987, in silk satin embroidered with faceted pearls and sequins, and ostrich feathers fringe, quite awesome.

Well I mostly talk about red as the color of "pleasure and sensual delight" (I can't help it) but the other themes are really interesting too.


"Aussi Rouge Que Possible", musée des Arts Décoratifs
19 mars - 1er novembre 2008

107, rue de Rivoli - 75001 Paris
mardi au vendredi de 11h à 18h, samedi et dimanche de 10h à 18h, nocturne le jeudi jusqu'à 21h

17 juil. 2008

Blue Today


Malgré un temps fort peu estival, j'ai opté aujourd'hui pour une robe longue et des sandales à brides d'Estelle Yomeda (désolée, mais je n'ai pas eu le temps de mettre du vernis ce matin). Une collection printemps/été, mais je ne sais plus laquelle, où j'avais acheté en plus de ces Tcha Blue, deux paires de sandales plates qui ont malheureusement fait leur temps.

Despite the weather, I chose to wear a long blue dress today and those Estelle Yomeda's sandals named Tcha Blue (sorry but I didn't have time this morning to do my nails). I don't remember from which Spring/Summer collection they belong but I also bought this summer two pairs of flat sandals I just wore out.

© 2008 Miss Glitzy
L'une rose, l'autre champagne. Et finalement, je comprends que l'on puisse acheter un modèle en plusieurs exemplaires, enfin quand on a les moyens, parce qu'elles me manquent vraiment. N'étant pas de celles qui prennent des polaroids de leurs souliers pour les coller sur les boites correspondantes avec la date de l'achat, j'aimerais bien qu'il soit inscrit quelque part la date de création du modèle. Je ne connais que Sakina M'Sa qui indique sur l'étiquette de ses vêtements la date de leurs créations, et c'est une idée qui me plaît bien.

One pink and the other champagne. And finally I can understand people who buy several pairs of the same model, well when you're wealthy enough, because I really miss them. As I'm not like women who take polaroids of theirs shoes to stick them on the boxes and then write the date of the purchase, I would find it great if the date of the model's creation could be written somewhere. The only designer I know who do write on the label the date of her clothes creation is Sakina M'Sa and I really like the idea.

15 juil. 2008

Back in the 50's

J'ai un peu pris mes quartiers d'été parisiens, avec je l'espère encore quelques jours off, avant la mise au vert annuelle en août. J'en profite pour mettre de l'ordre dans mes affaires (enfin j'essaye) et prendre des contacts pour de nouvelles histoires de shoes à la rentrée. Récemment, je suis tombée sur de vieux numéros de l'Ecran Français (j'ai un faible pour les vieilles revues de cinéma) et notamment celui-ci avec Ludmilla Tchérina en couverture d'un numéro d'août 1950.

Like almost everybody, I feel a little bit on vacations even in Paris and wish I could take other days off before leaving for the countryside in August. So I try to clear my affairs and take times to contact designers in order to give you new shoe's stories in September. Recently I found old French movies magazines (I love those) and especially this one with Ludmilla Tchérina on the cover (August 1950).


Très "New Look" Ludmilla. En ce début de décennie et jusqu'à la fin des années 60, l'escarpin et la sandale à talon sont les modèles qui dominent la production de chaussures de ville. Les françaises, qui avaient eu leur compte de chaussures à plateformes pendant la guerre, ne jurent plus que par l'escarpin à talon haut, et les derniers modèles à petites plateformes disparaissent en 1954. Evidemment, les premières années d'après-guerre en Europe ne permettent pas forcement à une grande majorité de femmes d'assouvir leurs désirs de chaussures et vêtements élégants, mais la collection "New Look" de Christian Dior a relancé le goût de la mode parisienne, notamment auprès d'une riche clientèle américaine. Les femmes veulent des escarpins, et des escarpins noirs, qui conviennent aussi bien aux tenues de cocktail, aux dîners en ville et soirées.

Very "New Look" Ludmilla. At the beginning of the decade and until the end of the sixties, the high heel pump and sandal predominate in the shoe industry. The French women who can't bear anymore the platform shoes worn during the war, want eagerly high heel pumps, and the last models with small platforms disappear in 1954. The first years after the end of the war in Europe are pretty hard and difficult and the majority of women can't satisfy their desires for elegant shoes and outfits but the Christian Dior "New Look" collection in 1947 was the revival of the parisian fashion, especially for wealthy American customers. Women want black pumps, the new chic, that they can wear either in the day time or for dinner parties and theatre evenings.

Ce modèle d'escarpin français en velours de soie, avec une garniture et talons en chevreau doré, est emblématique bien qu'un peu fétichiste par la hauteur vertigineuse des talons, de l'escarpin des années 50. Ils auraient certainement beaucoup plu à Alfred Hitchcock, grand obsédé des escarpins noirs qu'il aimait mettre aux pieds de ses blondes héroïnes. C'est ainsi que je n'ai jamais pu oublier Eva Marie Saint perdant les siens sur le Mont Rushmore.

I find these French pumps made with silk velvet and golden kid quite representative of the 50's pump's shape, except for the fetishistic vertiginous high heels. And I guess that Alfred Hitchcock who was so obsessed about black pumps would have fancied them. Don't you remember that all his blond heroines often wear those kind of shoes? And I've never forgotten Eva Marie Saint losing hers on the Mount Rushmore.

Source: Séduction de la Chaussure, Quatre siècles de mode, Jonathan Walford, La Bibliothèque des Arts, Lausanne 2007. Je vous le conseille vivement d'autant qu'on le trouve actuellement soldé à €20,00. Un cadeau!
Source: the French edition of The Seductive Shoe-Four Centuries of Footwear, Jonathan Walford, Thames and Hudson Ltd London 2007. I bought it €20,00, a real bargain!

13 juil. 2008

Off


Mais juste pour deux jours, et sans ces horribles valises à roulettes que tout le monde traîne et qui gâche la silhouette. Je n'ai jamais pu m'y faire à ces valises, je préfère le bon vieux sac en cuir jeté sur l'épaule qui oblige à se tenir à droite et demande un peu d'efforts. De toutes façons, je voyage toujours léger. See you!

I'm leaving Paris for two days but without one of those ugly suitcases that everybody pull behind, they just ruin the figure. I never succeed in having one and rather take an old leather bag I carry on my shoulder. You have to keep your body straight and it needs some efforts but I like that and anyway I always travel light. See you next week!

12 juil. 2008

London Calling

Non, je n'ai pas été faire les soldes à Londres (ni à Paris d'ailleurs). Il ne fait pas particulièrement beau et j'ai déjà pas mal de souliers pour l'été. Mais j'ai reçu d'un ami cette pub pour Harrods, et je me dis que les anglais savent attirer la cliente. 

No I didn't shop in London during the sale (neither did I in Paris). The weather is not that good and I've already got a lot of Summer shoes. But a friend of mine sent me this ad for Harrods and I think that the Brits know how to attract women. 

"Kinky" est un mot anglais dont je ne trouve pas l'équivalent en français, une tournure d'esprit bien particulière avec sous-entendu érotique et fétichiste. Et cette publicité pour le Tube londonien en est un bel exemple. Si seulement la régie pub de la RATP pouvait être un tout petit peu kinky!

"Kinky" is an english word that I can't translate in French, a peculiar twist of mind, erotic and fetishistic allusions, and this ad for the London Tube is a pretty good example. If only it could inspire the marketing department of the Parisian subway.

Mais l'on m'a rapporté cette figurine très Ab Fab vieillissante, avec cette inscription très juste: "life is too short, let's buy really cute shoes", ce qui laisse ma Betty Boop perplexe. Vous vous dites que j'ai des objets étranges sur le manteau de ma cheminée et vous avez totalement raison!

But my friend brought me back this kind of old Ab Fab's figurine but with an accurate sentence: "Life is too short, let's buy really cute shoes", which dives my Betty Boop into perplexity. You might think that I've got strange items on my chimney's mantelpiece and you're right!

11 juil. 2008

The Race

© 2008 Miss Glitzy
Autant je peux apprécier certains modèles de spartiates à talons, autant je n'aime vraiment pas ces modèles plats qui pourtant se sont vendus par milliers. Alors vivement la prochaine tendance estivale, en espérant ne plus les revoir. 
If I can appreciate some of the high heels gladiator sandals, I really dislike those flat ones even if thousands of them have been sold. So I'm looking forward the next Summer trend and wish they just disappear.

10 juil. 2008

You're looking at my shoes

J'ai découvert Evelyn West, "The Hubba-Hubba Girl", grâce à Chloé Van Paris, et je n'ai pas pu résister à cette délicieuse séance de striptease rythmée par la voix nonchalante de cette légende du burlesque. Une sublime poitrine assurée $50.000 (et pour laquelle certaines femmes seraient prête à tout), qui lui faisait dire: "I know you're looking at my shoes".
Spéciale dédicace à un ami très proche et à tous les amoureux(ses) des Pin-Up, du burlesque et de cette féminité (très) affirmée.



Thanks to Chloé Van Paris I discovered Evelyn West, "The Hubba-Hubba Girl" and burlesque legend, and found this talking striptease so deliciously kinky that I have to post it as well. She was known for her natural breasts she insured $50.000 (and I'm sure some women could do anything for such a chest), and I guess that's why she often quipped to her audience :"I know you're looking at my shoes".
I dedicate this post to a close friend and to all the Pin-Up and burlesque's lovers.

8 juil. 2008

Jourdan's shoes in Baden Baden

Depuis qu'un ami de passage dans cette ville allemande m'a envoyé cette photo de modèles Charles Jourdan, j'aurais presque envie d'aller y faire un tour car ils deviennent rares. Je n'ai pas reparlé de cette marque depuis sa reprise par le fonds Finzurich en mars dernier (pour ceux que le feuilleton Jourdan intéresse, vous pouvez aller voir ici, ici, et - dans l'ordre). En faisant quelques recherches, j'ai découvert que la situation ne semble pas s'arranger. La création de Finzurich France prend du temps, du moins c'est la raison donnée pour expliquer le fait que les 15 millions promis n'ont toujours pas été injectés pour relancer l'activité, que le rachat de l'ensemble des actifs est suspendu, et que les 130 salariés qui devaient être réembauchés sont toujours dans l'attente. Du coup, en juin dernier, le liquidateur judiciaire a indiqué qu'il allait saisir le tribunal de Romans-sur-Isère pour annuler la décision du 6 mars et demander la résiliation du contrat de vente de Charles Jourdan à Finzurich. Je n'en sais pas plus mais cette reprise semble quelque peu compromise.

Since a friend of mine sent me this picture of Charles Jourdan's models he spotted in a window while staying overnight in this German city, I feel like going there because they become pretty scarce. I didn't talk about the brand since the commercial court in Romans-sur-Isère approved a takeover bid from the investment fund Finzurich in March (for those who are interested in the Jourdan's saga, click here, here, there and there, in that order). I did some research and found out that the situation of this footwear luxury brand is not getting better. The fund said that the creation of Finzurich France is taking time and that's why they couldn't invest the 15 millions euros they first guaranteed and hire back 130 workers of the 190 who lost their job in last December. So in June, the liquidator declared that he was going to ask the the commercial court in Romans-sur-Isère to cancel the decision made in March and the contract between Jourdan and Finzurich. I've got no further informations but it doesn't look good.

© 2008 Miss Glitzy
Finalement, j'avais peut-être raison en pensant que cette paire achetée à Genève allait devenir collector. Alors un petit tour à Baden Baden, ses Thermes, son casino et l'ombre du joueur de Dostoïevski.

So finally I might be right when I tought that the pair I bought in Geneva is gonna be a collector. So why not taking a ride to Baden Baden, its thermal baths, its casino and the shadow of Dostoïevski.

7 juil. 2008

Autumn Leaves (I'm Kidding!)


© 2008 Miss Glitzy
It was so windy and chilly today that boots were an option.

What about the Shulong?

A la fin de mon post sur les Converse, je me demandais ce que j'allais acheter comme baskets pour cet été. Etant donné que la plupart des modèles sont fabriqués par des entreprises chinoises, la plus florissante pour ses actionnaires étant Yue Yuen, je me suis dit que quitte qu'à porter du "Made in China", autant choisir une marque 100% chinoise. J'ai donc cherché des Shulong, qui signifie "dragon confortable", et qui chaussent les chinois depuis cinquante. On peut les trouver en France depuis peu grâce à la société Up To Two qui a eu du nez de les importer, car avec leurs bouts ronds, leurs semelles ergonomiques qui stimulent cinq points de réflexologie plantaire et le prix défiant la concurrence, je leur prédis un bel avenir.

At the end of my post about Converse I was wondering what kind of sneakers I would buy for this Summer. As most of the well known brands collections are made by Chinese manufacturers such as the powerful Yue Yuen Industrial (Holdings) Limited, I thought that if I have to wear "Made in China", let's choose a 100% Chinese brand. So I looked for a pair of Shulong, which means approximately "dragon at ease", and which have been worn by the Chinese for fifty years. Now we can find them in France (but also in Italy, Spain, Norway, Sweden and soon England and Germany), thanks Up To Two, a French import company. With their round shapes, their ergonomic soles which stimulate five reflexology massage points and the competitive prices, I think the Shulong are pretty attractive.

© 2008 Miss Glitzy
Samedi, j'ai donc trouvé ma paire de ShuClassic, 100% toile de coton. J'avoue, il ne restait plus qu'un 40 mais je les ai pris quand même, parce qu'il y a une semelle supplémentaire dans la boite, et que soldée à 18 euros, cela fera parfaitement l'affaire pour l'été. Ceci dit, je n'ai qu'une envie, trouver une paire de montante à ma taille (39) et vite, tant elles sont effectivement très confortables et très jolies. Un peu trop propres, mais ça devrait s'arranger vite. 

So Saturday, I found my pair of ShuClassic, 100% cotton canvas. I must admit that there was only a 8 size left but I bought them because the brand provides extra soles and they were sold 18 euros, so I thought it was a bargain anyway. But now I want to find a pair of ShuHigh at my size (7) and quickly because they are really comfortable and pretty. A little bit too clean but it won't take long to change that.

5 juil. 2008

At Ease

© 2008 Miss Glitzy
Yesterday at the Palais Royal.

4 juil. 2008

Shoe Bag

© 2008 Miss Glitzy
Une amie m'a demandé aujourd'hui si j'avais fait des folies pendant les soldes, et bien non, je n'ai encore rien acheté (si c'était le cas vous l'auriez su). Par contre j'ai trouvé cet après-midi cette pochette shoes (La Cerise sur le Gâteau) très glitzy. En fait dès que je l'ai vu dans la vitrine de Think & More, je suis entrée dans la boutique et l'ai acheté sans l'ombre d'une hésitation. Ensuite, j'ai pris le temps d'admirer les autres objets de design et si je n'avais en tête la possibilité de trouver une paire de chaussures à mettre dans cette pochette pour partir en vacances, j'aurais pu craquer pour une lampe, des tasses, un sac. Bref, Think & More est une adresse à retenir.

A friend asked me if I put my best foot forward during the sales and bought some new pairs of shoes, but I didn't yet (in fact if I did I would have told you). But I found this afternoon this very glitzy shoe bag (La Cerise sur le Gâteau). When I saw it in Think & More's window, I went in and bought it right away. And then I took time to admire the other items of design and if I didn't think of finding a pair of shoes I could put in this bag to go on vacations, I could have fell over myself to buy a lamp, some cups, a bag. Anyway, Think & More is a good address to remember.

Think & More
108, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
tel: +33 (0)1 40 26 18 51
email: contact@thinkandmore.com

2 juil. 2008

Flip-Flops Story

Chaleur = Flip-flops, comme si la sonorité mouillée du mot avait le pouvoir de rafraîchir instantanément les pieds. C'est fou ce que j'ai pu voir de tongs hier, reléguées les spartiates, des tongs et encore des tongs. En ce qui me concerne leur utilisation se limite maintenant exclusivement à la plage, c'est à dire quelques jours par an et quand il fait beau (je vais dans le Pas-de-Calais). Il y a quelques années, j'ai cassé ma tirelire pour des tongs en serpent Patrick Cox. Sublimes mais killeuses. Je les ai portées une fois pour aller à un rendez-vous galant, je suis arrivée les pieds en sang, pour le glamour on repassera. Exit Patrick Cox de mon dressing. J'ai réitéré (parfois je peux être têtue) avec un modèle Camper, lanières en cuir verni rouge, joli aux pieds dont la peau s'est vite arrachée. Depuis ces tongs sont dans un placard à la campagne dont elles ne sortent quasiment jamais. Exit Camper, vous connaissez la suite. D'où mon admiration quand je vois toutes ces parisiennes fouler le bitume parisien chaud bouillant chaussées de tongs.

Heat = Flip-flops as if the wet sound of the word could instantly cool the feet. It's amazing how many pairs of thongs I saw yesterday, no more gladiators but thongs all over. As far as I'm concerned I wear them exclusively at the beach, which means few days in Summer and when the weather is fine (I'll go to the Opal Cost). Few years ago I bought real expensive Patrick Cox's snake style-thongs. Beautiful killer shoes. I wore them on one occasion, a date with a charming man, and when I arrived my feet were bleeding. Call it glamorous! So no more Patrick Cox in my dressing. But I did it again (I can be stubborn sometimes) and chose some Camper with red varnished leather straps, pretty on my feet but fatal for my skin. Since then they are stocked in a closet in the countryside anf I barely take them out. No more Camper, we know the story by now. So I I really admire all the Parisian girls I saw walking easily with flip-flops at their feet.



Pourtant, si l'on en croit des chercheurs de l'Université Auburn en Alabama, porter ce type de chaussures modifient la façon de marcher ce qui peut causer des douleurs aux pieds et aux chevilles jusqu'aux hanches et le bas du dos. Moins d'amplitude dans les pas, les talons frappent le sol avec moins de force verticale et souvent les doigts de pieds se recroquevillent pour une meilleure adhérence, et ça peut faire mal. En conclusion, les flip-flops sont idéales pour la plage ou la maison mais pas faites pour soutenir pieds et chevilles une journée entière.

But if  you consider the researches done at Auburn University Alabama which concluded that walking with thongs can result in sore feet, ankles and legs and pain from the foot up to the hips and lower back. Flip-flop wearer take shorter steps, their heels hit the ground with less vertical force and sometimes they tend to grip flip-flops with their toes. And all that my friend can bring real pain. So they conclude that we can wear them at the beach or at home but that they are not designed to properly support the foot and ankles during all-day wear.



© 2008 Miss Glitzy
En même temps, s'il fallait écouter tous les conseils des chercheurs et spécialistes, il y a longtemps qu'on aurait abandonné les talons dépassant 5 cm. Ce qui n'est pas le cas.

But if we had to listen to all the advices of researchers and specialists, we would have give up wearing high heels long ago. And we still do it, don't we?