3 mars 2009

Max Kibardin and The Foutain of Tears


So I finally succeeded in writing my piece about Max Kibardin's S/S 09 collection. The first time I talked about this Russian designer was when I did the post about Furla Talent Hub, and in fact it was the beginning of his collaboration with Furla as their shoe designer. And when I was thinking of writing this post, I saw on Facebook photos taken during the presentation of his S/S 09 and F/W 09-10 collections past February at the Museo Tadolini Canova in Roma. And I'm really grateful to Claudia from Alta Roma who allowed me to post some of them because the light and atmosphere perfectly accord with the source of his collection's inspiration.

J'ai enfin trouvé un peu de temps pour écrire ce billet sur la collection P/E 09 de Max Kibardin. La première fois que j'ai parlé de ce créateur russe, c'était à propos de la mini collection Furla Talent Hub qui s'est révélée être le début de sa collaboration avec Furla en tant que designer. Et puis, quand j'ai commencé à penser à ce post, j'ai trouvé sur Facebook des photos prises pendant la présentation de ses collections P/E 09 et A/H 09-10, au Musée Tadolini Canova de Rome, en février dernier. Et je remercie chaleureusement Claudia d'Alta Roma qui m'a permis d'en utiliser certaines, car la lumière et l'atmosphère s'accordent parfaitement avec la source d'inspiration de cette collection.


When I met Max Kibardin at Première Classe a year ago, he told me that the collection has been inspired by Alexander Pushkin's poem, The Fountain of Bakhchisarai. This fountain actually exists in the Bakhchisarai Palace that was built originally in the sixteenth century in this city, which was the capital of the Khans of Crimea from the sixteenth to the eighteenth century, and is also known as The Fountain of Tears. The story behind the fountain is a tragic one of rapt, love, jealousy and death. To sum it up : Khan Girey, a Tatar Khan captured Maria, a young Polish noblewoman, after having torched her palace and killed her fiancé. When he riped the scarf she used to hide her face he was mesmerized by her beauty and settled her in his harem with his first wife Zarema who became jealous of the Khan love for Maria and stabbed her to death. Of course she was executed. The Khan built a fountain in remembrance of his lost love and spent time oblivious of his surroundings watching the water trickling like tears. No wonder this story inspired Pushkin and after him music compositor, choreographers and painters.

La première fois que j'ai rencontré Max Kibardin au salon Première Classe, il me raconta que sa collection s'inspirait d'un poème d'Alexandre Pouchkine, la Fontaine de Bakhchisarai que l'on peut voir au Palais de Bakhchisarai, construit au 16ème siècle dans cette ville, capitale des Khans de Crimée du 16ème au 18ème, et que l'on appelle aussi la Fontaine des Larmes. Evidement, derrière cette fontaine, il y a une tragique histoire de rapt, d'amour, de jalousie et de mort. Pour résumer : le Tatar Gibrey Khan captura une jeune aristocrate polonaise, Maria, après avoir mis à sac son palais et tué ses parents et son fiancé. Lorsqu'il arracha le voile qui cachait son visage, il fut subjugué par sa beauté, et l'installa dans son harem où régnait sa première femme Zarema, qui devint instantanément jalouse de l'amour du Khan pour Maria, et finit par la poignarder. Elle fut bien entendu exécutée et le Khan inconsolable construisit cette fontaine et s'abîma dans la contemplation de l'eau coulant telles des larmes. On comprend que cette histoire ait inspiré Pouchkine, et après lui compositeur, chorégraphes et peintres.


The collection is all about the West meeting the East and how the influence of Ottoman culture, tradition and architecture can be found in the details of gold leather, fishnets and geometric cuts taken from fragments of veils and also in the palette of colors which is Max Kibardin's personal tribute to Yves Saint-Laurent with the colbalt blue, black, gold, and fuchsia ones.

Une collection inspirée de la rencontre entre l'Ouest et l'Est, où l'influence de la culture Ottomane, de ses traditions et formes architecturales se retrouvent dans des détails tels que l'utilisation de cuir doré, de résilles et les découpes qui dévoilent le pied. Ainsi que dans la palette de couleurs qui est un hommage de Max Kibardin à Yves Saint-Laurent avec le bleu cobalt, le noir, l'or et le fuchsia.



The forms are classic but I like the way they subtlety hide and reveal the shape of the foot.

Les formes sont plutôt classiques mais j'aime la manière dont elles cachent et révèlent la forme du pied.









This high heel is a perfect example of a classic western form enhanced by the oriental luxury given by these bicolor faceted sequins. A daring sole that should attract both occidental and oriental women.

Cet escarpin est un parfait exemple du mariage entre une forme classique occidentale et le luxe oriental apporté par ces sequins aux facettes bicolores. Il faut oser, mais à mon avis, elles peuvent attirer autant une clientèle européenne qu'orientale.



Max Kibardin also thought about men and did few models like those sequins derbies. Imelda Matt received the black one and he's absolutely thrilled about his Max!

Max Kibardin a aussi pensé aux hommes et réalisé quelques modèles comme ces derbies avec sequins. Imelda Matt a reçu la paire noire et est absolument enchanté de ces Max!


There is also bags and clutches that match with some of the shoes and I'm really fond about this one. Besides his own brand and Furla, Max Kibardin has been recently appointed as the creative director for the Italian brand Lorenzo Banfi. Quite a busy man that I'm pleased to meet again this week. What else... I need a pair of Max but my problem is : which one?

Il y a aussi des sacs et pochettes assortis à certains modèles et je suis assez fan de celui-ci. Outre sa propre marque et Furla, Mak Kibardin a récemment été nommé directeur artistique de la marque italienne Lorenzo Banfi. Bref, un homme très demandé et occupé, et je me fais un plaisir de le revoir cette semaine. Quoi d'autre... je veux une paire de Max, le problème est laquelle choisir?

Retailing Stores : Saks Fifth Avenue, Fred Segal Los Angles, Podium Moscow, Isetan Japan, La Vetrina di Beryl and Bardelli Milan.

20 commentaires:

Fashion Pulse a dit…

Oh la la... These pairs of shoes are gorgeous experience for heels!

FM/FP

stilettostetico a dit…

Les subtils et caressants jeux d'Ombres et de Lumières des premières photos de présentation sont franchement époustouflantes . . . ET élèvent (légitimement) ces "Fétichisantes" créations au rang d'Oeuvres d'Art !!!

Couture Carrie a dit…

So exciting!

Love all those ankle wrap sandals and booties!

xoxox,
CC

frieda l'écuyère a dit…

Les modèles sont superbes et ces jeux d'ombre et de lumière leur vont à merveille.

Elisenda In The Clouds a dit…

Those ankle-shoes are just wonderful.

Love the first picture with the wings....

Elisenda In The Clouds a dit…

Can't find your email address....Can u contact me? elisenda.in.the.clouds@gmail.com

Merci!

Pinupmania a dit…

Merci pour cette découverte. Sublimes !
Olivier

Imelda Matt - The Despotic Queen of Shoes a dit…

I think thrilled is an understatement....:)

M1 a dit…

il a un "talon" fou ce Max Kibardin!

Gerri Ward a dit…

It's solely interesting how sadness can breed the most beautiful creations ! Thank you for sharing the story and these exquisitely beautiful soles and purse!

mariga(z) a dit…

Ce designer m'était tout à fait inconnu !!
Il est intéressant d'avoir à connaître les influences et inspirations de ce designer poète.. en tout cas la lumière tamisée de l'exposition sied à ravir aux modèles.
Des modèles assez classiques, mais très classes !
Pour moi c'est une découverte :o) Merci !

Isa a dit…

Elles sont superbes mais malheureusement du domaine du fantasme !!

Pierre-Jean a dit…

C'est beau, mais je n'aime pas tout et c'est étrangement pas trop blingbling pour un russe. Bises.
@ +++

Gaëlle a dit…

C'est magnifique mais malheureusement trop haut pour moi... mes petons sont fragiles et difficiles à chausser... mais les derbies masculins feraient bien mon bonheur, tiens ! Merci pour ce joli reportage !

Kira Fashion a dit…

The shoes are sexy!
Fantastic!!!

Anonyme a dit…

La première série est terriblement tentante ! Ravie de découvrir cet incroyable talent. Sunny Side

Nad a dit…

je craque complètement sur les modèles sequins, ils sont à la fois fins et délicats, grande calsse c'est mon côté oriental qui chavire.. merci pour cette découverte

MISS GLITZY a dit…

@ Fashion Pulse : yes they are!
@ Stilettostetico : j'aurais aimé pouvoir les faire... peut-être la prochaine fois.
@ Couture Carrie : I'm glad you like them too!
@ Frieda l'Ecuyère : j'étais contente de pouvoir les utiliser, c'est tellement plus beau que des visuels sur fond blanc.
@ Elisenda in the Clouds : I love them too!
@ Pinupamania : de rien... je suis fan!
@ Imelda Matt : I know... ecstatic, overjoyed, euphoric???
@ M1 : absolument!!!
@ Gerri Ward : you're welcome. I love to share wonderful story and amazing soles.
@ Mariga(z) : merci. Je le suis de près et il mérite d'être connu et reconnu.
@ Isa : oui mais c'est bon de fantasmer, non?
@ Pierre- Jean : tous les russes ne sont pas bling bling, c'est quoi ce cliché... Mais ils ont l'âme poétique.
@ Gaëlle : c'est toujours le problème des talons, mais moi aussi je prendrais bien les derbies.
@ Kira Fashion : yes they are! Glad you like them!
@ Sunny Side : j'en suis ravie aussi.
@ Nad : de rien, je trouve aussi ces escarpins particulièrement beaux, en plus on peut jouer avec les sequins et en changer les reflets. Grande classe effectivement et contente que ton côté oriental chavire, cela me confirme la réussite de ce mariage de l'orient et l'occident.

... a dit…

Très jolie série vraiment ...

Fred the Mole

Pierre-Jean a dit…

Rires.