24 janv. 2013

WHO'S NEXT SOUS LA NEIGE...

Credit photo : Who's Next Paris

C'est la première fois depuis deux ans et demi que j'ai pris le chemin de la porte de Versailles et du salon Who's Next en tant que visiteuse (j'ai travaillé deux ans et demi comme attachée de presse du salon Mess Around, qui a depuis intégré le giron du Who's Next). La première fois aussi que cette session de janvier se faisait sous la neige, ce qui a quelque peu pénalisé la fréquentation. Mais l'ambiance était bonne néanmoins.

Un salon, c'est l'occasion de retrouver des créateurs et marques que j'ai connu à leurs débuts, de voir leur évolution, d'en découvrir de nouvelles, de renifler quelques tendances pour l'automne-hiver 2013-14. Je ne vais pas m'étendre sur celles-ci pour l'instant. C'est un peu précoce. Mais au vu des collections, il y a pas mal de mélanges de cuir et laine/tweed, de chaussures basses ou montantes fourrées, et ma foi, encore des clous en tout genre.

Je reviendrai aussi prochainement sur le travail d'une doreuse sur cuir qui exposait ses créations réalisées à partir de produits d'exposants du salon comme Dr Martens ou Thierry Lasry.

Et puis à la fin des soldes, nous allons pouvoir mettre le cap assez rapidement sur les collections printemps-été 2013.

10 janv. 2013

ETIENNE DELESSERT : PLEIN CADRE A L'ECOLE ESTIENNE

J'aurais pu coller à l'actualité commerciale du moment, à savoir les soldes, faire une sélection de modèles qui me tentent (et il y en a). Mais je ne suis pas du genre à passer mes poses déjeuner dans les boutiques et le soir, ma foi, je préfère m'évader du quotidien. Donc hier, premier jour de la grand messe de destockage, je suis allée à L'Ecole Estienne, au vernissage d'une exposition consacrée à Etienne Delessert


Comme il m'arrive parfois lorsque je me rends à une expo, je ne savais rien de cet illustrateur, écrivain et peintre suisse, Yok Yok n'ayant pas fait partie de mes lectures enfantines ou de celles de mes frères et soeurs. On retrouve donc au fil de cette très belle exposition, ce personnage de Yok Yok créé en 1976, mais aussi les illustrations des contes 1234 d'Eugène Ionesco et d'autres livres pour enfants (et grands) d'Etienne Delessert. 






Et si les illustrations d'ouvrages de la littérature enfantine ont la part belle, Plein Cadre expose aussi différentes facettes de son talent, que ce soit ses portraits ou ses dessins parus dans la presse française et internationale. 


Michel Simon


N'étant pas critique d'art, je n'ai ni les mots, ni la rhétorique pour analyser une oeuvre. Je ne savais pas ce que j'allais voir et j'ai été happée par l'univers d'Etienne Delessert, touchée par la beauté des formes, émue, entre sourires et larmes. Et une fois de plus fascinée par la force et la puissance d'évocation d'un dessin, qui en dit plus que bien des mots.

Interrogé sur ses influences, l'artiste autodidacte évoque Kafka, Beckett et Ionesco, Bosch, Breughel, Klee ou Steinberg. Evidemment. Je vous invite donc à aller à sa rencontre et ce sans tarder.


L'école Estienne expose Etienne Delessert du 10 janvier au 15 février 2013
18 boulevard Auguste Blanqui 7013 Paris

L'exposition est ouverte du lundi au vendredi  de 9H00 à 19H00 dans le hall de l'école, sauf pendant les vacances scolaires.

3 janv. 2013

AND HAPPY NEW YEAR!


Tous mes voeux pour cette nouvelle année ! Et qu'elle nous apporte tout ce que l'on peut souhaiter.

Ce blog existe depuis 2006, enfin réellement depuis 2007, et je ne sais pas très bien encore s'il passera l'année. Je ne souhaite pas arrêter de publier mais le besoin se fait sentir de changer... Nous verrons bien.

En attendant, je vous remercie lecteurs et lectrices anonymes, vous qui continuez à me suivre. Et que cette année soit belle et heureuse !!!