30 avr. 2013

SOLSTISS PARE LES ACTRICES DE THE GREAT GATSBY

Courtesy of © 2012 Warner Bros

Mon attachement aux savoir-faire ne concerne pas seulement les souliers. C''est pourquoi je les délaisse le temps d'un billet, pour évoquer le savoir-faire français en matière de dentelles. Et plus particulièrement celui de l'entreprise Solstiss, auquel la costumière Catherine Martin a fait appel pour l'élaboration des costumes du film The Great Gatsby de Baz Luhrmann, qui fera l'ouverture du Festival de Cannes le 15 mai prochain.

Courtesy of © 2012 Warner Bros

Dentelles Chantilly, délicates et oniriques, motifs floraux et géométriques, embellis de cristaux, paillettes, rubans, plumes et perles, font revivre le style vestimentaire de cette période si particulière des "Roaring Twenties" ou insouciance, effervescence et glamour flirtaient avec une certaine décadence. 

Solstiss a ainsi créé 210 dessins uniques sélectionnés par Catherine Martin et son équipe, et produit près de 1400 mètres de dentelles pour les besoins du film. 

Courtesy of © 2012 Warner Bros
Si l'entreprise Solstiss est née en 1974 dans la région du Nord Pas-de-Calais du regroupement de quatre familles dentellières - Beauvillain, Belot, Ledieu et Machu - l'histoire de la dentelle en France commence en 1879, lorsque les ancêtres des actuels dirigeants créent des atelier de dentelles Leavers, technique de tissage complexe, mise au point au début du 19e siècle par un Anglais, qui cherchait à reproduire les mouvements délicats des doigts des dentellières.

Or au début des années 70, la dentelle connaissait une crise majeure sur fond de bouleversement de la mode, soutien-gorges jetés aux orties, mini-jupes, même le Vatican avait jeté un sort à la mantille en autorisant les femmes à entrer tête nue dans les églises. En rassemblant leur compétence et savoir-faire, ces quatre familles ont su créer une synergie pour donner naissance à des motifs inédits, aidé en cela par un bureau de dessin en interne et l'apport de créateurs freelance. Une créativité relayée par 90 métiers à tisser Leavers, qui produisent des dentelles pour les secteurs de la Haute Couture, du prêt-à-porter, de la lingerie ou du mariage, ainsi que de l'ameublement.

The Great Gatsby sera l'occasion d'admirer sur grand écran le travail des designers, tullistes, visiteuses, brodeuses écailleuses et autres ennoblisseurs, dont le savoir-faire unique n'aura pas échappé à Catherine Martin, fidèle collaboratrice de Baz Luhrmann.

 Et pour clore, la bande-annonce du film, qui curieusement m'a donné envie de relire le livre !

   

29 avr. 2013

LES FEES DU BENGALE POUR ANDRE : DERNIERE COLLABORATION ?


Je n'avais pas eu de coup de coeur particulier lors de la présentation presse de la collection Les Fées du Bengale pour André, et pourtant, en essayant en boutique ce modèle Vulcain en cuir souple avec ces étoiles ajourées, celui-ci s'est définitivement imposé. Je l'ai choisi en blanc plutôt qu'en rouge, le trouvant ainsi plus printanier et estival. 

Derby Vulcain


Derby Neptune

Ayant plus une envie de pieds dans les étoiles, même si cet imprimé est fort mignon.

Sandale Artemis

Sandales Gaia et Rhea

Ceux qui ne suivent pas de trop près l'actualité économique peuvent être surpris par la question posée dans le titre de ce billet. Pourtant, depuis l'arrivée en juillet dernier de Marc Lelandais à la tête du groupe Vivarte - auquelles appartiennent les marques André et Les Fées du Bengale - beaucoup de changements se sont opérés et non des moindres. 

Tout d'abord l'arrêt de l'activité de la marque Les Fées du Bengale par son propriétaire. Puis l'annonce du départ, en mars dernier, de François Feijoo, président d'André. Et il n'est pas le seul. Jacques Levy, président de Kookaï et Olivier Cabarrot, président de Chevignon, ont eux aussi quitté le groupe.

C'est bien évidemment le départ de François Feijoo qui m'a le plus marqué, car je n'oublierais jamais que c'est grâce à lui que j'ai eu la chance de participer à l'opération Quand les blogueuses s'en mêlent pour André. Si celui-ci a assuré le développement de l'enseigne en centre-ville et centres commerciaux, en donnant une identité forte à la marque, il a su aussi saisir l'air du temps en initiant cette première collaboration avec six blogueuses. Sans compter, les collections capsule mettant en lumière des créateurs comme celles d'Annabel Winship, de Sandie Jancovek, d'Erotokritos et de Karine Arabian, ou des marques de chausseurs telles que Atelier Mercadal, ancrant André de plain-pied dans la mode.

Je n'ai pas d'autres informations pour l'instant, sinon que le président de Minelli (autre marque du groupe) dirige actuellement André. Et comme me le faisait remarquer la gérante de la boutique où j'ai acheté cette paire de derby, c'est un peu comme si l'OM et le PSG était dirigés par la même personne. D'où mon questionnement concernant la pérennité de ces collections capsule.

Collection les Fées du Bengale pour André, disponible en boutiques et sur le site de vente en ligne.

26 avr. 2013

ENVIE DE SHOPPING ? CODE PROMO SUR LA COLLECTION CITY DE ELLIPS


Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais deux jours à Paris sous le soleil m'ont donné - enfin - l'envie de porter des souliers d'été !

J'en profite donc pour vous proposer 15% de remise sur la collection City de Ellips, disponible sur la boutique en ligne, avec le code promo GLITZY.

L'offre est valable jusqu'au 30 avril à minuit. Bon shopping !

23 avr. 2013

L'ESPRIT COUTURE DE FRED MARZO


La signature est belle, simple et élégante, éloquente.


En réponse à une réflexion d'Inès de la Fressange, Catherine Deneuve explique qu'il ne serait jamais venu à l'esprit des actrices qui ont marqué l'histoire de l'érotisme au cinéma de porter des talons hauts.

"Ce qu'on recherchait tous, c'était de créer un mouvement. Le cinéma n'est pas autre chose. Et on ne peut bien marcher avec des talons très hauts. Mais aussi on avait une notion qui n'a plus guère de sens aujourd'hui : il fallait avoir une allure et être naturelle. (Roger Vivier, Edition Rizzoli International)

Je ne suis pas certaine que cette notion n'ait plus de sens aujourd'hui, ou alors ai-je parcouru assez de chemin pour la comprendre. 

Cet interview, l'exposition consacrée à Jacques Demy à la Cinémathèque, tout ceci m'a mené à Fred Marzo. Comme une évidence. Je n'ai jamais glissé mes pieds dans un de ses modèles mais mon oeil reconnait dans les formes, les lignes, cette compréhension du soulier féminin. La recherche de l'effet qu'il produira une fois porté, de l'allure qui s'en dégagera, comme un point final à l'élégance. 

Il est difficile d'aimer tous les modèles d'une collection, mais j'avoue que peu me laissent indifférente.

A commencer par cet escarpin, le bien nommé Claudine.

Ou bien cette sandale. 




Fred Marzo a l'oeil et le sens du détail, certainement acquis auprès de Stéphane Kélian, Christian Louboutin et Catherine Sartore, avec laquelle il collabore toujours à l'élaboration des collections Sartore. Ses souliers sont fabriqués en France dans des matériaux nobles comme l'agneau plongé, le python, le serpent d'eau... belle invitation à la douceur et au raffinement.



Et une touche glitz qui ne peut que me plaire !

"J'ai juste envie de m'exprimer avec justesse" dit Fred Marzo. Et bien c'est réussi, car sa collection est juste.

Page Facebook car Fred Marzo est à suivre...

Points de vente.

19 avr. 2013

VIVE LA RANDO !


Depuis que je fréquente la région des Hautes Alpes, j'ai un objectif : l'ascension du Pic de Bure, qui culmine quand même à 2709 m. Et pour cela, il faut être équipée. D’autant que celui avec lequel je compte entreprendre cette ascension n’en ait pas à son premier sommet.

Or si je m'y connais un peu en souliers féminins, il me fallait plus d'informations concernant les chaussures de randonnée, surtout vu le challenge et la facilité avec laquelle ma cheville droite me lâche parfois. Il est d’ailleurs arrivé que des chaussures me sauvent la mise, comme ce modèle Groundfive, déjà aux allures de souliers de montagne, lors du salon Mess Around en janvier 2011. Où comment j’ai pu assurer mon job d’attachée de presse sans claudiquer.

J'ai trouvé de quoi faire ma sélection ici, en cherchant les modèles sinon les plus féminins au moins les plus fins. Parce que même si on fait de la rando et qu'il faut penser confort de marche, une certaine sobriété qui passe partout, c'est pas mal non plus !



Merrell

De Merrell, je connais déjà leurs baskets, confortables et parfaites pour la marche sur terrain plat.

Jack Wolfskin


Pour celle-ci, j’avoue que c’est surtout cette touche de bleu presque turquoise qui me séduit.

Timberland

Vaude

Hanwag


Ceux qui me connaissent ne seront pas étonnés de ma petite préférence pour le modèle Timberland. Ceci dit, ce vert indéfinissable du modèle Hanwag n’est pas mal non plus. En fait, ils seraient parfaits s'ils protégeaient un peu plus les chevilles...

Mais si je sais maintenant ce qui pourrait convenir à mes pieds et chevilles, l’autre grande question et future recherche se fera autour des vêtements ! Que porter pour avoir un tant soit peu de style ? Ce questionnement amusera les vraies randonneuses mais on ne se refait pas. Même pour m’occuper d’un potager, j’aime mêler le pratique à un certain sens du style.

Sur ce, je vous souhaite un bon vendredi et un excellent week-end ! Rando, balades ou farniente. Et si vous avez des conseils à me donner en matière de chaussures de marche, je suis preneuse.

17 avr. 2013

LES FEMMES ET LES CHAUSSURES

Si une femme active marche en moyenne 3650 kms par an, il est plus que normale qu'elle achète six paires de chaussures par an. C'est ce qu'il ressort d'une infographie amusante publiée par La Halle aux Chaussures

Par exemple, je n'aurais jamais imaginé que les néerlandaises achetaient deux fois plus de chaussures que les françaises. Ou que je faisais partie des 40% de femmes qui s'arrêtent devant la vitrine d'un magasin de chaussures




Et vous, combien de paires possédez-vous ? Et combien en achetez-vous en moyenne chaque année ?

10 avr. 2013

FLEURS DE PRINTEMPS : COCLICO P/E 2013


Il y a des marques et des créateurs que je connais et apprécie depuis un certain temps et sur lesquels je n'ai pourtant jamais publié. De multiples raisons à cela, qui n'ont rien à voir avec leur talent.

C'est le cas de Coclico et de sa créatrice, Sandra Canselier et sa nouvelle collection P/E 2013, l'occasion de me rattraper !



Quatrième génénation d'une famille française de fabricant de chaussures depuis 1916, c'est à New York que Sandra Canselier a trouvé l'énergie pour lancer en 2000 sa propre marque, la joliment nommée Coclico. Ses collections s'adressent aux femmes actives, citadines, qui recherchent l'élégance et la simplicité des formes et des lignes, faciles à porter de jour comme de nuit. 




En 2006, la designer Lisa Nading rejoint Sandra Canselier. Elles partagent le même goût du design et de la construction et s'engagent à faire de Coclico une marque éco-responsable. Tannage végétal des peausseries, bois et liège pour les talons et compensés, matériaux recyclés, sélectionnés dans la mesure du possible chez des fournisseurs situés près de son fabricant, à Mallorca en Espagne. 



Si l'on retrouve dans chaque collection de Coclico cette recherche harmonieuse entre design, matériaux et confort, ce printemps/été 2013 mixe inspiration japonaise avec une touche de suréalisme. 

Cette collection est riche de modèles hautement désirable, tant par leur forme que par leur apparente simplicité, sans parler des matières et couleurs, dont voici une petite séléction.








Quelques points de vente :

Spartoo, Galeries Lafayette Haussmann, Garrice (Paris), Arthur (Lyon), Créatis (Marseille), Marche à Suivre (Aix en Provence), Rosalie (Toulouse).

Et sur la boutique en ligne.

8 avr. 2013

MON CHOIX DE BALLERINES A LA HALLE AUX CHAUSSURES

Doucement, tout doucement, des températures plus clémentes s'installent et l'on se prend à rêver d'un dressing printanier et des chaussures qui le complètent. On ne s'aventurera pas encore à porter des sandales ouvertes pieds nus, mais des jolies ballerines, oui. 

Je dois vous avouer quand même que je fais une sorte de complexe avec les ballerines, persuadée de n'avoir pas les jambes assez fines pour en porter. La faute à Audrey Hepburn ou Brigitte Bardot qui ont rendu mythique cette chaussure issue de l'univers de la danse.


Ceci dit, j'en ai, car elles font le pied fin et insufflent aux tenues une féminité légère.

Voici donc ma petite sélection personnelle du jour, à prix tout doux.

Noire...

... ou grise. Classiques, chics et incontournables.

Une forme confortable, en nubuck beige, que je verrais bien porter avec un pantalon Chino au bas retroussé.

La ballerine/slipper aux jeux de couleurs d'inspiration mexicaine.
Ou ces couleurs vives, un brin fluo, pile dans la tendance de ce printemps/été, qui dynamiseront n'importe quelle tenue.

Et pour rester dans une ambiance ensoleillée, ce modèle à bride jaune pimpant.

Bon lundi et bonne semaine !

5 avr. 2013

VENEZ DECOUVRIR L'ATELIER MAURICE ARNOULT


Les Journées Européennes des Métiers d'Art ont commencé aujourd'hui et se poursuivent ce week-end. L'occasion de partir à la découverte d'artisans et de leur savoir-faire qui, pour l'occasion, vous ouvrent les portes de leur atelier. 

Me connaissant, vous ne serez pas étonné(e)s que je vous invite à pousser celles de L'Atelier Maurice Arnoult, dont je vous ai déjà parlé à maintes occasions et notamment ICI.
 

L'AMA est une association créée en 2005 autour de Maurice Arnoult, le dernier bottier de Belleville, qui s'est donné pour objectif de poursuivre ce qu'il avait commencé dans son petit atelier, à savoir la transmission des techniques et savoir-faire de la fabrication de chaussures pour femmes sur-mesure. 

Maurice nous a quitté en 2010, à l'âge vénérable de 102 ans, mais d'autres ont pris la relève. 

Crédit photo : Alessandro Silvestri

Michel Boudoux (à gauche) et Jacques Aslanian (à droite) dispensent bénévolement leur savoir-faire aux élèves de l'atelier depuis quelques années. Vous pourrez rencontrer Jacques, dit Jaco, samedi après-midi, ainsi que des élèves. Et découvrir leurs travaux. 



8 bis rue des Gardes 75018 Paris - Métro Barbès Rochechouart



Et je vous invite aussi à rejoindre la page Facebook ATELIER MAURICE ARNOULT pour soutenir son action.

Et bon week-end !!!

2 avr. 2013

LES CIREURS : ET QUE VOS SOULIERS BRILLENT !


Si j'aime mes souliers, je ne suis pas certaine d'accorder suffisament de soin à leur entretien. Et j'ai toujours trouvé extrêmement pratique la possibilité de se poser l'espace d'un instant en face d'un cireur professionnel, que ce soit à New-York, à Londres ou dans d'autres villes du monde où ce métier existe, alors qu'en France, il fallait quasiment être initié pour savoir où trouver l'artisan capable d'entretenir et de faire briller nos souliers.

C'est en partant de ce constat, que Sophie Viot Coster décida il y a un an de lancer un réseau, Les Cireurs, dont l'objectif est de rendre accessible un service utile à tous, tout en revalorisant le savoir-faire du cireur. Belle ambition, d'autant que la structure en réseau permet d'accompagner les cireurs vers une réelle indépendance, en leur proposant un maillage solide sur lequel ils peuvent s'appuyer. Il leur offre la possibilité de devenir entrepreneurs et de mettre en place leur activité tout en étant soutenu et encadré.


Dans le même esprit, le mobilier conçu exclusivement pour les cireurs avec le designer Nicolas Barbet Massin a été pensé spécialement pour ce métier, mais n'en oublie pas pour autant une certaine élégance en accord avec l'univers du soulier. Tout comme l'uniforme, costume, cravate et tablier en cuir, qui valorise ainsi le métier et théâtralise aussi la prestation. 




Crédit photo : Ségolène Guitton

Où les trouver me direz-vous ? Pour le moment, les cireurs du réseau se trouvent dans différents centres commerciaux de la région parisienne et de Lyon (Parly II, So Ouest, Lyon Confluence), ainsi qu'au Bon Marché. Mais Les Cireurs peuvent aussi peuvent aussi intervenir de manière ponctuelle dans les entreprises, conciergeries, clubs... ou bien sous forme évènementielle. Et si cela vous intéresse, ils offrent aussi un service de proximité (sous-traitance auprès des teinturiers ou interventions à domicile).

Je vous invite à découvrir sur le site ou sur leur Page Facebook, ces nouveaux cireurs, tisseurs de lien social, qui en quelques minutes redonneront lustre et brillance à vos souliers.