31 juil. 2013

LA BAGGY DE PALLADIUM "READY TO DYE"

Crédit photo : Who's Next

Ou prêt à teindre, en français dans le texte. La première fois que j'ai vu le modèle Baggy Prêt à Teindre de Palladium, c'était sur leur stand au Who's Next et j'ai tout de suite adorer le concept, simple comme bonjour. Une paire de Baggy, une machine à laver et une des 10 couleurs au choix, avec un procédé de teinture mis au point avec la société IDEAL, expert couleur depuis 100 ans.


Palladium n'a pas encore 100 ans mais s'en approche. Enfin, pour ce qui est de la date de création en 1920, d'une entreprise d'abord spécialisée dans la fabrication de pneus pour l'aviation. Et de l'aviation à la chaussure, il n'y a qu'un pas, franchit en 1947 avec la mise au point d'un procédé unique de vulcanisation du caoutchouc et de la toile qui donne naissance à la Pampa, modèle emblématique de la marque. Sa petite soeur la Baggy est tout aussi emblématique et donc, judicieuse idée, Palladium nous offre la possibilité de la teindre comme bon nous semble grâce à sa toile en coton conçue spécialement pour cette teinture maison.


Et la question est, quelle couleur choisir... Ou plutôt quelle sera la première couleur puisqu'il est aussi possible de les reteindre.

Quel serait votre choix ?

26 juil. 2013

VAMOS A LA PLAYA AVEC ESPRIT

Il fait beau, il fait chaud et je n’ai pas encore mis les pieds dans l’eau ! Le fait est que je suis pour l’instant dans les montagnes et pas encore tout à fait en vacances. Et pourtant me taraude la question du maillot de bain, en l’occurence deux pièces, et comme d’habitude, je m’y prends à la dernière minute.

Heureusement Internet est là et comme j’ai besoin de caser mes formes dans certaines coupes, j’ai été voir ici, chez Esprit. 

Quand je pense maillots de bain, références cinématographiques oblige, je pense à elles :


La première, Ursula Andress dans Docteur No, et Halle Berry dans la scène hommage d’un autre James Bond, Meurs un autre jour. Il faut dire aussi que depuis la naissance du cinéma, la pose en maillot de bain est un passage obligé, sans parler des concours de Miss.


Les Sennett Bathing Beauties (1915-1928) du réalisateur de comédies américain Mack Sennett.

Mais revenons à nous moutons, ou plutôt au choix du maillot et à ma petite sélection dans la collection Femme d’Esprit.


J’aime les imprimés, j’aime le rouge et je pourrais presque me prendre pour Ursula, le coutelas en moins.


Dans cette version, j’aime assez ce que la marque appelle un Tankini, néologisme certes, mais qui fait deux en un (une pièce et deux pièces).


Je ne sais pas si j’oserais cet imprimé à l’esprit seventies mais il me plaît bien. 

 Et enfin pour rester dans l’imprimé, mais ambiance lagon polynésien, je trouve celui-ci très mimi.


Ne me mettant pas en scène, vous ne verrez pas le résultat.

Et quant à la playa, ce sera d’abord les lacs et rivières du Cantal. Mais dieu que j’ai envie de piquer une tête. Pas vous ?

24 juil. 2013

SOKA ESPADRILLES : BASQUE EVIDEMMENT !


Période estivale propice pour rattraper le temps perdu et vous parler enfin de Soka, cette jeune marque d'espadrilles cousues main au pays Basque que j'ai connue au salon Who's Next en juillet 2012.

J'avais notamment craqué pour ce modèle compensé nommé Zabal en nubuck blanc d'une qualité et douceur incroyable. Vous imaginez donc le plaisir que j'ai ressenti en les recevant en juin dernier. Elles féminisent avec élégance et en un clin d'oeil toutes mes tenues d'été.


La première collection de Soka Espadrilles a été lancée au printemps/été 2011 par une créatrice née au pays Basque et passionnée par les savoir-faire ancestraux de fabrication de son pays d'origine.

Entièrement conçus à la main dans des ateliers de Mauléon (Soule, province Basque), les modèles de Soka se distingue donc par leur qualité de fabrication : semelle de jute naturelle tressée, tige en coton naturel ou cuir, première en cuir, couture à la main. N'ayant jamais caché mon intérêt pour le maintien des savoir-faire artisanaux, vous comprendrez facilement mon engouement pour cette marque, qui propose aussi des modèles pour hommes et enfants. 




Coup de coeur aussi pour ce modèle d'espadrilles pailletées...

Voici la liste des points de vente mais surtout je vous invite à consulter l'e-boutique où il reste encore quelques modèles et pointures en soldes ! Et à suivre l'actualité de la Soka sur sa page Facebook.

 Sur ce, je vais chausser mes Zabal et faire la belle en robe d'été. Belle journée !

18 juil. 2013

MA SELECTION DE SANDALES A LA HALLE AUX CHAUSSURES

Il s’est fait attendre mais l’été est bien là et la chaleur estivale se prête enfin aux pieds nus et ongles laqués à glisser dans des sandales. Comme bien souvent, elles ne durent qu’un été, autant se faire plaisir tout en restant raisonnable sur les prix. 

Voici donc une sélection de cinq modèles qui se marieront aisement avec les tenues que l’on aime porter l’été, à savoir, en ce qui me concerne, des robes et des jupes légères. Mais aussi des shorts ou des pantalons en toile que l’on n’oubliera pas de retrousser pour mettre en valeur les chevilles.


Nu-pieds en cuir et entredoigts perlé. Un choix probablement influencée par le travail de perles des mocassins indiens vus au musée international de la chaussure de Romans.


Nu-pieds en cuir, esprit Pocahontas. Pour toutes celles (et j’en connais) qui ne résistent pas aux franges.


Sandale en cuir marron et brides tressées. Un modèle qui sent bon la plage et le sable chaud tout en restant sobre et élégant.


Et pour prendre un peu de hauteur, l'indispensable sandale noire au talon compensé et graphisme ethnique pour les soirées d’été.


Ou encore ce talon compensé tressé bicolore et cette couleur taupe qui s’accordera avec des tons plus vifs ou encore du blanc, ma couleur estivale.

Il ne me reste qu’à vous souhaiter un bon shopping et un bel été !

16 juil. 2013

SUITE ROMANAISE, LE MUSEE DE LA CHAUSSURE

Pffff... mon séjour romanais est déjà loin derrière moi, mais je ne pouvais pas ne pas vous parler de ma visite au Musée International de la Chaussure de Romans. 


Au cours de ma balade dans la ville, j'ai aimé cette enseigne (moins la sélection de chaussures proposées). 


Et celles qui savent mon affection pour les souliers de Robert Clergerie, comprendront que je n'ai pas pu résister à ces modèles en vitrine. Et même si l'entreprise de ce dernier chausseur indépendant de Romans-sur-Isère a été vendue en avril 2011 à des investisseurs chinois, associés à Jean-Marc Loubier, un ancien dirigeant de LVMH, Robert Clergerie a conservé 10% des parts pour assurer la transition et le maintien, pour l'instant, de la production à Romans. 

Les archives de ce blog contiennent quelques billets rédigés en 2007 concernant l'entreprise Charles Jourdan jusqu'à sa liquidation. J'ai suivi le rachat de Charles Jourdan et Stéphane Kélian par le Groupe Royer, à la tête d'une trentaine de licences mais sans réelles connaissances de la fabrication de souliers haut de gamme. Les collections présentées par la suite ne m'ont jamais convaincues et c'est sans surprise que j'ai appris début juillet le souhait de Royer de céder totalement ou partiellement ces deux marques de chaussures de luxe. Et j'en reviens toujours à la même question. Est-il bien nécessaire de tenter de maintenir sur le marché des marques dont la qualité, la créativité et le savoir-faire ont disparus avec leur fondateur ? 


Mais revenons au musée, qui a pu acquérir avant la liquidation de Charles Jourdan la très belle collection de modèles de André Perugia. J'avoue, il me faudra revenir à Romans pour la voir, car si le lieu est magnifique, la signalitique du musée, pas très claire, m'a fait passer à côté de la salle consacrée à Perugia. 

Mais qu'importe car la richesse des collections vaut bien une deuxième visite ! Vous m'excuserez aussi pour la qualité des photographies, mais les lumières et la scénographie rendent la prise de vue difficile.


La visite débute par une salle très bien faite consacrée à la fabrication, au matériaux, aux machines et outils. 

Grâce à différentes expositions relatées ici et , j'avais déjà une idée des collections des bottiers et créateurs du XXème siècle que possèdent le musée. Mais je ne m'attendais pas à découvrir un tel parcours historique dans l'univers des formes et des styles de chaussures françaises et étrangères, en partant des sandales de l'antiquité jusqu'aux souliers du XIXème siècle.


Souliers de femme en soie brochée. Broderie de fils d'argent. Epoque Louis XIV.

Botte de mousquetaire (dite "à entonnoir" ou "à chaudron"). France, XVIIème siècle. Collection Guillen.


Chaussures de bal, vers 1840.


Bottes d'homme Tartare, Russie. XIXème siècle.


J'ai adoré le travail de broderie et perles de la collection de mocassins indiens du Canada datant du XIXème siècle.


Modèle de Roger Vivier, 1987. 

Pour la petite histoire, Roger Vivier avait déposé il y a vingt ans sa collection personnelle au musée de Romans avec l'intention d'en faire don. Décédé en 1998 sans avoir pu officialiser ce projet de don, son héritier enleva la collection du musée en mai 2011 avec pour objectif de la vendre. 

Une vente publique eu lieu à Neuilly le 30 novembre 2011. Le Ministère de la Culture exerça son droit de préemption pour le compte du Musée et la Ville de Romans, La Fédération Française de la Chaussure et la Maison Roger Vivier s'associèrent pour racheter la quasi totalité de la collection. Nous leur devons donc de pouvoir admirer les créations de ce styliste et bottier hors pair qui a définitivement marqué l'histoire de la chaussure française du XXème siècle. 

Sachez aussi, si vous passez par Romans et que l'envie vous prend de visiter ce musée, que celui-ci accueille jusqu'en septembre l'exposition de la Fédération Française de la Chaussure, La Chaussure, une passion française.

Sur ce, belle journée !




8 juil. 2013

LES CARACTERES : COLLECTIONS DE BIJOUX CUIR



Ne croyez pas que je vous délaisse mais je n'ai pas eu le temps de publier quoi que ce soit depuis mon dernier billet. La raison en est cette collections capsule ou plutôt les collections du collectif Les Caractères dont j'assure les relations presse. Et oui, je ne suis pas que blogueuse.

Ces collections sont présentées en ce moment au salon Who's Next Prêt-à-Porter Paris et je vous en reparlerai plus en détail quand la pression sera quelque peu retombée.

 Belle semaine !