21 janv. 2014

L'UNIVERS D'ELSA SCHIAPARELLI CHEZ CHRISTIE'S

Portrait d'Elsa Schiaparelli par Man Ray

Vendredi dernier, j'ai été conviée chez Christie's à une conférence de presse et présentation de la collection personnelle d'Elsa Schiaparelli, dont a hérité sa petite-fille Marisa Berenson et qui sera mis en vente jeudi 23 janvier. L'actrice à l'élégance gracile a longuement évoqué cette grand-mère éclectique, créatrice de mode et artiste surréaliste, moderne et libre, voyageuse se nourrissant d'autres cultures, pleine d'humour et de créativité. Et je dois dire que c'était particulièrement touchant d'entendre parler d'Elsa Schiaparelli enfant, se mettant des graines dans les oreilles et le nez pour que poussent des fleurs qui la rendront belle, elle dont la beauté était singulière. Et qui sut s'affranchir de sa famille aristocrate italienne pour se lancer dans la mode, en créant à la fin des années 20 une ligne de sportswear, dont des pulls avec de grands nœuds en trompe-l'oeil qui furent sont premier succès. Et émouvant aussi de voir les objets, meubles, tapisseries, costumes ethniques et pièces personnelles qui composent cet héritage. 

"Une magicienne" disait d'elle Yves Saint-Laurent, qui en inspira plus d'un, dont Hubert de Givenchy qu'elle engagea en 1947. La maison Schiaparelli ferma ses portes en 1954, la marque a été reprise en 2007 par Diego Della Vella (GroupeTod's, Roger Vivier) et le défilé de la collection Haute Couture P/E 14 a eu lieu ce matin. Mais c'est une autre histoire, dans laquelle la famille n'est pas impliquée, mais qui, comme le souhaite Marisa Berenson en se séparant physiquement de ses souvenirs, permettra peut-être aux nouvelles générations de découvrir ainsi la vie et l'œuvre impertinente et moderne d'Elsa Schiaparelli. 


Mise en avant dans la première salle, ce chemisier en soie violet brodé par Lesage (1939) de la collection Astrologie, portée par des icônes de l'age d'or hollywoodien telle que Marlène Dietrich. Qui côtoie d'autres merveilles de finesse. 


Gilet orné de perles au design "Bucking Bronco" inspiré d'un voyage au Texas en 1940, un boléro en laine rose au décor de perles à facettes (1940) et une version similaire en crèpe bleu acier.


Grande voyageuse, Elsa Schiaparelli rapportait de ses voyages en asie et en orient des vêtements qu'elle portait et dont elle s'inspira.

Robe ottomane de la fin du XIX ème siècle
Statue de Mae West / Projet d'affiche pour Shocking Marcel Vertès
Médiatrice reconnue entre l'univers de la mode d'avant-garde et l'art surréaliste, elle fut l'amie, l'inspiratrice et la collaboratrice de nombreux artistes tels que Salvador Dali, Cocteau, Alberto et Diego Giacometti, Marcel Vertès, Man Ray. Et aussi de Mae West, qu'elle habilla pour le film Every Day's a Holyday et dont la statue rappelle le lancement en 1936 du parfum Shocking, avec son flacon représentant un buste de femme inspiré de celui de l'actrice qui fit scandale. Un scandale qui dut infiniment plaire à ces deux esprits affranchis des conventions.


Pour ne pas oublier qu'on lui doit aussi le rose Shocking.


Parmi les pièces de sa garde-robe personnelle, il y a de très belles vestes en fourrure, comme ce manteau en astrakan et daim noir ou cette veste en leopard de chez Revillon. 


Ou encore cette cape plaid et cette veste de Balenciaga. Reconnue pour son travail sur la coupe, Elsa Schiaparelli ne pouvait qu'apprécier celui du couturier espagnol. 

Ceci n'est qu'un petit aperçu des 180 lots environ qui seront mis en vente jeudi. Je pourrais citer aussi un lampadaire en bronze d'Alberto Giacometti de 1936, les dix portraits photographiques de Man Ray, un ensemble de trois tapisserie d'Aubusson d'inspiration chinoise de l'époque de Louis XVI, un paravent en trompe l'œil de Jean-Francis Laglenne, des dessins de Christian Bérard, des toques en fourures, des étoles brodées par Lesage, des patrons... 

Si cela vous intéresse, vous pouvez encore visiter cette exposition demain chez Christie's, 9 avenue Matignon 75008 Paris, de 10h à 18h, avant qu'elle ne soit dispersée pour le bonheur des collectionneurs. 

Aucun commentaire: