7 mai 2014

SEMAINE CULTURELLE : EXPOS, MUSEES AND CO

Je vous néglige, je m'en excuse. D'autant que les sujets ne manquent pas, sinon le temps. Mais bon, voilà, l'homme était en vacances la semaine du 1er mai et nous en avons profité pour la passer à Paris. Et hormis deux rendez-vous, j'ai profité de ce pont pour faire ce que je ne fais quasiment jamais quand je suis à Paris : visiter des musées et des expositions. Alors une fois n'est pas coutume, il ne sera pas question dans ce billet de mode ou de souliers mais d'oeuvres d'art !


Première étape, le Musée d'Orsay où il est interdit de prendre des photos mais que j'ai été heureuse de revisiter. Il y a des tableaux et sculptures dont je ne me lasserai jamais et surtout, nous avons terminé la visite par la très belle exposition consacrée à Gustave Doré. La richesse de son oeuvre (peinture, sculpture, dessins, gravures) et son imaginaire m'ont subjugués. 


L'exposition se terminant le 11 mai, je vous conseille vivement de réserver une plage de votre temps pour aller la visiter. A défaut, le Musée d'Orsay et la BNF ont conçu un excellent site sur l'exposition et cet artiste majeur. Son influence sur des artistes, dessinateurs, cinéastes contemporains est impressionnante. 


Deuxième étape, Les Mondes de Gotlib au Musée de l'Art et de l'Histoire du Juda ïsme. Je dois à des oncles abonnés à Pilote et à leur collection d'albums de Rubricabrac et autres Cinemastock, la découverte à l'adolescence de Gotlib, de son humour ravageur, de son trait. L'exposition, peut-être un brin didactique dans sa scénographie, réunit près de 200 planches originales qui sont un régal à relire et dévoile une histoire familiale douloureuse - déportation et mort de son père à Auschwitz - que je ne soupçonnais pas. 


Etant "Amis du Louvre", nous y avons passé tout notre samedi en commençant par l'exposition consacrée au Louvre d'Abu Dhabi. Quelques merveilles et une grande incompréhension devant les oeuvres de Cy Twombly... j'avoue, l'art contemporain me laisse parfois très très dubitative. Mais du coup, on en a profité pour visiter les salles consacrées aux arts de l'Islam.

Etant plongée dans la lecture d'un ouvrage sur l'art par Auguste Rodin (ceci est en rapport avec l'exposition Rodin/Mapplethorpe sur laquelle je reviendrai prochainement), j'ai ensuite dirigé les pas de l'homme vers le département des antiquités grecques. Je ne saurais dire depuis combien de temps je n'avais pas admiré l'art de la statuaire grecque, si fidèle à la nature et si vivante, trop longtemps sûrement.


Je ne sais combien de fois par jour la Venus de Milo est photographiée. Et je me demande surtout qui la regarde vraiment... 

Hermès Trismégiste

Aphrodite

Le pied de Diane

Aphrodite

Apollon

La dernière étape de notre périple culturel aura été pour le Musée de Cluny. En plus de vingt ans de vie parisienne, je n'avais jamais mis les pieds dans ce musée dédié au monde médiéval. Fraîchement rénové, cette visite et plongée dans l'art du Moyen Age vaut la peine. Le lieu est magnifique et j'ai enfin pu voir les cinq tapisseries de La Dame à la Licorne qui valent le déplacement. Faut dire aussi que j'adore les tapisseries.


Les têtes des Rois de Juda qui ornaient la galerie des Rois de Notre-Dame de Paris avant sa rénovation par Viollet-Le-Duc.


L'art des maîtres verrier. Un plaisir que de pouvoir admirer ces vitraux d'aussi près. 

Ce sera tout pour cette semaine culturelle. Le prochain billet sera consacré à un autre art, celui de la chemise par Ken Okada. Eclectique ? Je le revendique !

Aucun commentaire: