23 sept. 2015

EN BALADE : CONQUES, SOULAGES ET ALBI

Loin de la moderie, des nouvelles collections et autres fashion weeks, j'ai profité pleinement, la semaine dernière, d'une virée (cadeau d'anniversaire) avec ma mère, qui nous a menée de Conques au Gers en passant par Rodez, Albi et Toulouse.


Cela faisait longtemps que j'avais envie de découvrir le village médiéval de Conques et son abbatiale, merveille de l'art roman. On y est arrivé en fin de matinée après une très belle route entre Cantal et Aveyron. Les voitures étant interdites dans le village, c'est à pied que se découvre Conques niché dans la nature. 


J'ai toujours eu un faible pour la beauté tout en sobriété de l'architecture romane. On doit à Prosper Mérimé, alors inspecteur général des Monuments Historiques, la redécouverte et restauration de l'abbatiale en 1837, maltraitée par les guerres de religion, abandonnée après la Révolution et promise à la destruction... Grâce lui soit rendue car cela aurait été une sacrée perte. 


Le fronton et un Jugement Dernier de toute beauté.


Les vitraux dessinés et installés par Pierre Soulages, puits de lumière en parfaite harmonie avec l'édifice. 


La hauteur est vertigineuse, les piliers majestueux. Tout appel au recueillement et au silence.


Et le soleil se leva sur Conques.


Cette ruelle est le départ d'un chemin, randonnée ou bien route vers Saint-Jacques-de-Compostelle, je ne sais pas. Mais il donnait envie de le suivre. Venant du Puy-en-Velay, les pèlerins font étape à Conques qui, il faut bien l'avouer, a développé son tourisme autour de cette thématique "Pèlerinage". Mais saviez-vous que les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France avaient été inscrits sur la liste du Patrimoine Mondial. 

Après Conques, direction Rodez. Je ne m'attarderais pas sur la ville qui n'a guère de charme si ce n'est  la vieille ville et sa cathédrale. On était là pour visiter le musée Soulages dont l'architecture pour le coup est impressionnante et très belle.



Avant la visite, nous avions réservé au Café Bras du musée. Le chef, Christophe Chaillou, propose une cuisine fine, tout en harmonie de saveurs avec notamment un mariage de plantes aromatiques dans la lignée de la famille Bras. 


On s'est régalé pour un prix raisonnable (31 euros le menu). Et pour ceux qui n'auraient pas réservé, le Café Bras offre aussi un espace Comptoir et aussi des cours de cuisine les samedis après-midi.


Que dire du Musée Soulages sinon qu'il est l'écrin parfait pour accueillir les deux donations faites par Pierre Soulages et sa femme à sa ville natale. La collection regroupe des oeuvres de jeunesse, des peintures sur toile et papier qui témoignent de l'évolution de son travail et recherche artistique, la totalité de l'oeuvre imprimée (eaux-fortes - magnifiques-, lithographies et sérigraphies), des bronzes, les travaux préparatoires aux vitraux de Conques et un fonds documentaire rassemblé par l'artiste. 

Je laisse à d'autres le soin des analyses de l'oeuvre. C'était la première fois que je me trouvais face au travail de Pierre Soulages et je me souviendrais de l'émotion ressentie devant ces toiles ou oeuvres imprimées. Comment le regard est happé par cette peinture, par ce que l'on devine dans les perspectives, par la lumière incroyable qui s'en dégage. 

Claude Lévèque - Le bleu de l'oeil

L'homme n'aimant pas les musée monographique, une salle d'exposition temporaire accueille des expositions d'autres artistes contemporains. L'installation de Claude Lévèque, assez hypnotique, a été prolongée jusqu'au 31 octobre.


On a ensuite mis le cap sur Albi, cité épiscopale pour le coup très belle. La lumière de fin de journée était un peu sombre et on n'a pas pu y rester très longtemps. Juste assez pour avoir envie d'y revenir passer quelques jours.


Et juste assez de temps pour visiter le musée Toulouse Lautrec situé dans le Palais de la Berbie, dont la construction débuta dans la seconde moitié du XIIIème siècle sous l'impulsion des évêques d'Albi. Encore une architecture médiévale imposante et belle, inscrite au Patrimoine Mondial de l'Unesco.


Après une nuit à Toulouse, nous sommes arrivées dans le Gers pour assister à un mariage. Je finirais sur ce chêne dans la lumière du petit matin. 

J'espère que cette balade vous a plu et à bientôt !

Suivez Miss Glitzy sur Facebook, sur Twitter.

Aucun commentaire: