27 août 2016

ET SONIA RYKIEL S'EN EST ALLÉE...

Je sais, je n'ai pas été très active sur ce blog, la faute au potager et à la vie dans les Hautes Alpes.  Je suis néanmoins un peu active sur Facebook, où mon fil d'actualité a été envahi récemment par le pour ou contre l'interdiction du burkini. Déjà que le nom affublé à ce vêtement soit une contraction de la burka (qui rappelons-le est cette prison vestimentaire imposée par les talibans aux femmes afghanes) et du bikini (essai nucléaire des américains sur l'atoll de Bikini) me fait vomir, quand je lis dans les divers commentaires de femmes sur les divers articles traitants de la question, d'un droit à la pudeur... comment dire. De quoi parle-t-on ? Du fait que le corps féminin est impur et qu'il faille le cacher !!! J'ai partagé peu d'articles, mais celui-ci de Wassyla Tamzali qui dit très justement ce que dit aussi mon amie Abnousse Shalmani : "Si les femmes et les filles, en se voilant, croient se mettre à l’abri du désir des hommes, c’est le contraire qui se produit. La dissimulation des corps féminins a pour effet, d’augmenter les crimes et le harcèlement sexuels, d’exacerber la peur des femmes et la convoitise des hommes."

Et puis j'ai appris la disparition de Sonia Rykiel, ou sa libération après des années à subir l'évolution de la maladie de Parkinson. Et au delà de la tristesse pour sa famille, je me suis souvenue de ce qu'elle nous avait donné à nous, les femmes.